Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Eurojournalist(e)

Suivi par 181 abonnés

Billet de blog 9 nov. 2021

Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Russie – Biélorussie : Anschluss 2.0 ?

La Russie et la Biélorussie vont créer une union étatique. Si on savait que Loukachenko n'est qu'une marionnette de Poutine, l'étau se resserre autour de l'Ukraine. Une évolution des plus inquiétantes.

Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Illustration 1
Poutine transforme la Biélorussie en un simple satellite... © Kremlin.ru / CC-BY-SA 4.0int

(KL) – Notre éminent confrère du « Russian Monitor », Olivier Védrine, l’avait pressenti déjà en Août 2020. Dans une interview avec le site « Diplomat Media », Olivier Védrine avait prévu ce qu’il se passe aujourd’hui : Loukachenko transformera la Biélorussie officiellement en un satellite de Moscou, ce qui constitue probablement sa seule chance de se maintenir au pouvoir. Mais en même temps, l’Ukraine sera de plus en plus encerclée par la Russie qui lorgne encore et toujours sur les provinces ukrainiennes du Donbass, si ce n’est pas l’Ukraine toute entière.

Quelle forme prendra cette intégration russe-biélorusse ? Le « décret d’intégration » proposé par Poutine et qui sera signé par Loukachenko (« I will sign the decree, if you don’t object », disait Loukachenko dans une visioconférence à Poutine), comprend 28 points qui soumettront la Biélorussie au fonctionnement et surtout, aux commandes russes. Ce qui était tacitement déjà le cas, à savoir que Loukachenko prenne ses ordres à Moscou, sera désormais officialisé.

Union monétaire, union fiscale, harmonisation des législations, politique énergétique unifiée, politique agricole, industrielle et militaire (!) unifiée – Poutine place un pion dans une région à hautes tensions, surtout en ce qui concerne l’Ukraine, mais également en ce qui touche les pays baltes qui, depuis leur indépendance, craignent le revanchisme russe.

Poutine, fin tacticien, a choisi le bon moment pour cette démarche. Les pays occidentaux ne regardent pas trop ce qu’il se passe dans les pays de l’Europe Centrale et de l’Europe de l’Est, trop occupés par la pandémie et des conflits sociaux et aussi, par des élections à venir. Pourtant, l’Europe doit prendre position à cette évolution, car elle menace en même temps la Pologne qui déjà actuellement, souffre de la politique de Loukachenko qui lui, est devenu le passeur d’homme principal en Europe, envoyant des réfugiés vers la Pologne pour mettre l’Europe sous pression et ce, bien entendu, en étroite concertation avec son maître Poutine.

De plus, la pandémie et une opposition montante en Russie posant problème à Poutine, une nouvelle agression sur l’Ukraine dévierait l’attention des Russes sur un sujet extérieur, une façon de faire que l’on observe depuis les débuts des temps – lorsque les problèmes intérieurs deviennent trop pressants, on focalise l’attention sur des sujets extérieurs, comme l’avaient fait Margaret Thatcher et les généraux argentins lors de la « guerre des Malouines ».

Il y a péril en la demeure européenne et l’évolution entre la Biélorussie et la Russie pourrait bien être le début de nouveaux conflits dans une région qui est tout sauf stable.

Fin de la semaine, nous allons faire suivre une interview avec Olivier Védrine qui nous donnera sa lecture experte de cette évolution.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.