Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Eurojournalist(e)

Suivi par 181 abonnés

Billet de blog 14 mars 2015

Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

La révolte citoyenne du 21e siècle passe par Internet

De jeunes militants allemands ont lancé une platfe-forme pour plus de démocratie en Europe. Ils ont besoin de soutien et cherchent des volontaires pour traduire leur plate-forme dans les autres langues européennes.

Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le logo d'openPetition © 

De jeunes militants allemands ont lancé une platfe-forme pour plus de démocratie en Europe. Ils ont besoin de soutien et cherchent des volontaires pour traduire leur plate-forme dans les autres langues européennes.

(KL/LO) – Le slogan veut tout dire : «Créons une démocratie plus vivante en Europe !» Sous ce titre, de jeunes Allemands ont lancé www.openpetition.de – une plate-forme permettant d’organiser en quelques clics des pétitions en ligne, d’alerter les gens partout en Europe et de créer des contre-courants face à une politique européenne qui échoue à tous les niveaux.

A ce jour, ils ont déjà publié 11.261 pétitions qui ont été signées par 13.802.265 personnes. Considérant que la législation européenne requiert un million de signatures pour obliger le Parlement Européen à se pencher sur un sujet particulier, 13 millions de signataires constituent une base significative.

Désormais, Jörg Mitzlaff et Fritz Schadow veulent porter cette plate-forme «openPetition» au niveau européen. Ce qui est une excellente idée qui mérite d’être soutenue. Par un apport financier, en les aidant à traduire bénévolement cette plate-forme dans d’autres langues. Car il est temps que nous, les Européens, nous comportons comme un vrai peuple qui agit dans un intérêt commun. Et cet intérêt commun, peut être facilement défini – la paix, une Europe sociale, financée par ceux qui en profitent le plus, un espace où les Droits de l’Homme cesse d’être bafoués par des services secrets, des marchands d’armes ou des multinationales qui viennent nous imposer un style de vie transatlantique.

Comment se défendre autrement si ce n’est par le biais des nouvelles technologies ? Bien sûr, on peut aussi regarder jusqu’à ce que la révolution éclate, avec violences, tueries et pendaisons, mais il serait peut être plus futé de créer des mouvements européens qui obligeraient les institutions européennes à commencer à prendre en compte les désirs des 500 millions administrés européens.

Depuis un certain temps, nous discutons de la «liquid démocracy» qui pourtant, n’a pas encore vu le jour. Nous sommes nombreux en Europe à aspirer à une vie simple, en paix, sans clivages sociaux importants, en sécurité et dans une Europe qui partage ses richesses. Tentons le coup, nous n’avons rien à perdre.

Souvent, les gens haussent les épaules dans un geste de désespoir en disant «mais que voulez-vous qu'on fasse ? En tant qu’individu, je suis impuissant et je ne me retrouve dans aucun parti qui me propose des candidats». C’est compréhensible lorsque l’on regarde le comportement de nos (ir-)responsables politiques. Pouvoir mettre un bulletin dans une urne toutes les quelques années, cela ne suffit plus.

Oui, répondent d’autres, mais les pétitions ou sondages sur Internet ne sont pas représentatifs – et c’est vrai. Mais en même temps, la «démocratie représentative» n’est plus représentative non plus – des taux d’abstention situés entre 40 et 60%, selon les scrutins, remettent en question la légitimité des élus qui sont tous élus par une minorité de gens – ceux qui s’intéressent encore à la politique et qui trouvent le courage d’aller voter. Mais est-ce que les votants sont encore représentatifs de la volonté d’un peuple ayant en grande parti fait une croix sur le monde politique ?

Au lieu d’abandonner la course en espérant voir des jours meilleurs arriver (ils n’arriveront pas...), cela vaut le coup de s’engager dans cette démarche qui est celle de «openPetition». Cette plate-forme souligne d’ailleurs sa neutralité politique, elle n'est ni de droite, ni de gauche, mais elle fait appel au bon sens des citoyens.

L’idée de la porter à l’échelle européenne, après qu’elle ait connu un tel succès en Allemagne, semble également être une bonne idée. Indignons-nous ! Révoltons-nous ! Faisons-nous entendre – sur une plate-forme facile à utiliser.

Si vous avez envie de soutenir «openPetition», vous pourrez les aider à traduire cette plate-forme dans d’autres langues. Contactez les par info@openpetition.de et proposez votre aide. Qui sait, peut être la prochaine révolution en Europe sera technologique et humaniste et non pas violente. Cela vaut le coup d’essayer.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Réforme de la PJ : Darmanin fait face à un début d’insurrection policière
Au lendemain d’une manifestation de mécontentement des enquêteurs marseillais, le patron de la police judiciaire du sud de la France, Éric Arella, a été démis de ses fonctions. Au risque d’amplifier la fronde contre une réforme qui ne passe pas.
par Fabrice Arfi, Pascale Pascariello, Camille Polloni, Matthieu Suc et Clara Martot
Journal — Cinéma
Les Français désertent le grand écran, le septième art broie du noir
Affecté par la baisse plus forte que prévu des fréquentations en salles et par l’arrivée des plateformes américaines, le cinéma français voit son modèle économique chamboulé.  
par Mathias Thépot
Journal
Le cinéma, emblème d’une politique culturelle fantoche
Alors que des professionnels lancent une journée d’appel à des états généraux du cinéma, jeudi 6 octobre, la politique culturelle sur le sujet demeure aussi introuvable que problématique.
par Joseph Confavreux
Journal
Un Nobel de la paix contre Poutine et Loukachenko et pour les droits humains
En pleine guerre en Europe, le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au défenseur des droits humains Ales Bialiatski, du Belarus, à l’organisation russe Memorial et à l’organisme ukrainien Center for Civil Liberties. Une façon de dénoncer les politiques dictatoriales de Vladimir Poutine et de son allié bélarusse Alexandre Loukachenko.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart