Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Eurojournalist(e)

Suivi par 181 abonnés

Billet de blog 16 mai 2015

L’Europe déclare la guerre aux réfugiés africains

La politique de l’Union Européenne en matière de réfugiés était déjà scandaleuse. Maintenant, elle frôle le criminel.

Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce sont ces gens que l'UE va attaquer. © 

La politique de l’Union Européenne en matière de réfugiés était déjà scandaleuse. Maintenant, elle frôle le criminel.

(KL) – «Ouh là», diront certains, «vous vous trompez ! L’Union Européenne n’a pas déclarée la guerre aux réfugiés, mais aux passeurs !» Faux – cette «guerre contre les passeurs» vise directement les réfugiés africains et cette politique européenne constitue le summum du cynisme. Le plan de l’UE d’attaquer militairement les bases des passeurs, «sur la mer, aux côtes et sur la terre», ne fera des victimes que parmi ceux qui sont déjà le maillon faible dans cette situation – les réfugiés.

Ce n’est pas parce que l’Europe veut envoyer des troupes en Afrique que les raisons des réfugiés de quitter leurs terres disparaîtront. Seulement, en l’absence d’un corridor sécurisé permettant aux réfugiés de gagner l’Europe autrement que par des embarcations de fortune, la mesure européenne ne fera qu’augmenter le coût de ce passage sur la Méditarranée, tout en rendant l’action criminelle des passeurs encore plus attractive.

La criminalité annexe (prostitution forcée etc.) fleurira également, car les bandes de passeurs augmenteront leurs tarifs et risquent de se structurer davantage. Un peu comme du temps de la prohibition aux Etats-Unis – la repression n’a pas empêché les Américains de boire de l’alcool, mais elle avait favorisé l’émergence de structures criminelles comme la Mafia.

Ce qui se cache derrière le terme «renforcement des capacités du management des frontières», n’est autre qu’une déclaration de guerre perfide aux réfugiés africains. L’Europe, fief auto-déclaré des Droits de l’Homme, ce donneur de leçons, ce champion de l’humanisme – se comporte comme une association de malfaiteurs qui moralement, n’est pas meilleure que ces passeurs criminels qui profitent de la détresse des réfugiés africains pour faire leur commerce de la mort.

«Frontex», c’est la honte de l’Europe. Une invasion européenne en Afrique pour empêcher des réfugiés de tenter de se sauver en venant en Europe ? Pour ne pas se salir les mains tous seuls, les Européens vont également demander un mandat à l’ONU – et Vladimir Poutine se fera un plaisir d’émettre son véto en rappelant quelques principes des Droits de l’Homme aux responsables européens qui semblent vouloir lancer une sorte de croisade.

Non, ce ne sont pas les passeurs qu’ils attaqueront, ce sont les réfugiés, les plus faibles, les plus démunis, ceux qui ont besoin de soutien et non pas de drones qui bombardent les embarcations de fortune qui constituent leur dernier espoir de sauver leur peau. L’Union Européenne n’a pas le droit moral d’attaquer qui que ce soit et où que ce soit. Elle devra, par contre, ouvrir un corridor sécurisé permettant aux réfugiés africains de gagner le sol européen pour y demander l’asile.

Après des siècles du colonialisme, l’une des causes principales de la misère africaine, l’Europe veut ouvrir un nouveau chapitre du mépris européen vis-à-vis du continent africain. Le cynisme de nos criminels en costume-cravate qui décident d‘un trait de stylo de la vie et de la mort de milliers d‘êtres humains, est insupportable.

Tout un chacun d‘entre nous doit se poser la question – ont-ils le droit d‘agit de la sorte en notre nom ? Est-ce que vous êtes d‘accord avec cet assassinat par milliers que commettent les responsables politiques européens ? Si vous n‘êtes pas d‘accord avec ces meurtres commis en notre nom, il faudra réagir. Il ne faut pas autoriser ces monstres de tuer encore plus de gens en Méditerranée – un jour, vos enfants vous poseront la question : «Dites, papa et maman, vous étiez aussi pour noyer les Africains qui voulaient sauver leurs vies ?».

A pleurer.

Crédit photo : Vito Manzani / Wikimedia Commons / CC-BY 2.0

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach