Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Eurojournalist(e)

Suivi par 182 abonnés

Billet de blog 16 déc. 2020

Les réalités du terrain…

Il y a un clivage entre le discours politique et les réalités du terrain. Témoignage d'une commerçante strasbourgeoise exaspérée par une lente mise à mort.

Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aïsha Said devant son café à Strasbourg. © Eurojournalist.eu

(KL) – « Nous ne laisserons personne en rade », disait Président Emmanuel Macron au début de la corona-crise en Mars 2020. Ce qu’il voulait dire, c’est que le gouvernement allait tenter de sauver un maximum d’emplois en injectant, à l’instar d’autres pays, de l’argent dans les entreprises pour sauver les emplois et aussi les entreprises, surtout dans le monde des petites et moyennes entreprises (PME), celles qui représentent toujours environ 80% de l’emploi en France. Mais ça, c’était la théorie. Pour Aïsha Sadi, exploitante du « Columbus Café » au centre commercial « Rivétoile » à Strasbourg, la situation se présente de manière très différente.

Aïsha Sadi ne peut plus entendre parler des aides et de la bienveillance et de la solidarité. Ce qu’elle est en train de vivre avec son « Columbus Café » au centre commercial « Rivétoile » à Strasbourg, est un mélange de fausses promesses, d’aides qui ne se matérialisent pas et d’un comportement de la part de son propriétaire, le groupe néerlandais « Wereldhave », qui est tout sauf solidaire. Avec ses avocats, Aïsha Sadi a essayé d’ouvrir un dialogue avec son propriétaire, pour obtenir la même chose que les boutiques ayant la chance d’avoir un bailleur public. Car ces entreprises-là bénéficient actuellement d’un moratoire pour leurs loyers, au moins pour les mois de novembre et décembre. La réaction de son propriétaire était claire – njet. Point à la ligne.

En attendant, les dysfonctionnements au centre commercial « Rivétoile » n’ont pas cessé, comme l’explique Aïsha Said, le propriétaire souhaitant toujours vendre ce centre. Le fait qu’Aïsha Said ait commandité une expertise judiciaire qui confirmait ces dysfonctionnements, a suscité la colère de son propriétaire qui lui, n’entend donc pas faire le moindre geste pour sauver sa locataire. Le comportement de ce groupe néerlandais avait déjà choqué l’ancienne ministre et maire de Strasbourg Catherine Trautmann qui avait rencontré une délégation des commerçants et locataires du « Rivétoile », mais les conditions ne s’amélioreront pas. En vue de ces dysfonctionnements (température, sécurité, etc.) confirmés par cette expertise judiciaire, il est évident que les choses se compliqueront même davantage pour les commerçants concernés.

Pourtant, les chiffres sont ce qu’ils sont. Si avant la pandémie, le café d’Aïcha Said se portait très bien, la situation a changé depuis. Les frais mensuels du « Columbus Café » s’élèvent à environ 16.400 € par mois (auxquels il faut ajouter les frais pour l’URSSAF) et depuis le début de la crise, avec des mois de fermeture administrative, le chiffre d’affaires est d’environ 7.800 € par mois. Avant la crise, le chiffre d’affaires était d’environ 25.000 € par mois et l’affaire tournait bien. Pourtant, déjà avant la crise, Aïsha Said avait relevé ces dysfonctionnements dans ce centre commercial qui ont donc été confirmés par une expertise judiciaire et que le groupe « Wereldhave » avait réfutés.

Aujourd’hui, les dettes s’accumulent tous les mois et Aïsha Said se rend compte qu’elle est toute seule, sans aucune aide. « Si », dit-elle, « mes six salariés sont au chômage partiel, le frais continuent à s’accumuler, j’ai obtenu les 1500 € et un crédit de 40000 €, mais comment voulez-vous que je puisse dégager un bénéfice dans la situation actuelle, pour pouvoir rembourser ce crédit ? ».

Le cas d’Aïsha Said n’est pas une exception, mais il deviendra malheureusement la règle. Pour les personnes concernées, il s’agit d’une lente descente aux enfers, sans aucune possibilité d’être secourues. Les milliards, c’est pour les groupes du CAC40 qui profitent de l’occasion pour opérer des restructurations de leurs groupes – là, on ne compte pas. Mais le tissu PME-PMI, celui qui assure la plus grande partie de l’emploi et de la formation de jeunes, reste en rade. Il serait temps que les administrations se rendent compte des réalités du terrain. Les petites et moyennes entreprises se meurent et ne reviendront pas. S’il faut aider quelqu’un, ce sont ces petites structures, mais ça, ça relève plutôt du vœu pieu…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles