Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Eurojournalist(e)

Suivi par 181 abonnés

Billet de blog 18 juin 2015

Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Angela Merkel abolit la démocratie parlementaire

Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bientôt, on aura plus besoin de parlements... © 

Pour faire plaisir au «Big Brother» américain, la chancelière invalide le droit du parlement fédéral de contrôler les services secrets et le gouvernement.

(KL) - Le scandale des écoutes des services secrets allemands, qui avaient espionné les partenaires européens ainsi que de grandes entreprises dans plusieurs pays, prend une tournure surprenante. La commission d’enquête du Bundestag chargé d’élucider ce scandale, avait demandé à ce qu’elle puisse vérifier les tristement célèbres liste de «sélectors» qui comportent les cibles et mots-clés des écoutes. Seule la vérification de ces listes permettrait d’évaluer exactement l’étendue de ces écoutes. Après avoir joué la montre, en indiquant qu’il fallait que les Etats-Unis donnent l’autorisation que la commission d’enquête puisse prendre connaissance de ces listes (ce qui constitue déjà une énormité - on demande à l’accusé s’il est d’accord à ce que les pièces à conviction soient utilisées ou non…), la chancelière vient de faire une nouvelle proposition - celle d’invalider le droit du parlement allemand de contrôler les services secrets et son propre gouvernement. Le pire - le Bundestag dominé par la «Grande Coalition», acceptera sans doute sa mise au placard.

Concrètement, la chancelière propose à ce qu’un «enquêteur spécial» chargé par sa chancellerie, puisse visionner les documents en question, pour ensuite en relater à la commission d’enquête, en lui fournissant les informations dont la chancellerie estime que la commission puisse les avoir. Ce «filtrage» est complètement anticonstitutionnel et prouve une nouvelle fois que la chancelière n’a pas la conscience tranquille dans ce dossier.

La loi allemande sur les commissions d’enquête est pourtant claire - les enquêteurs doivent être indépendants des partis impliqués, ce qui n’est certainement pas le cas pour un enquêteur nommé et instruit par la chancelière. Pour faire gober la pilule au parlement, Angela Merkel accorde aux députés allemands un «droit de proposition» quant à la personne de l’enquêteur. Cela est bien pour la communication politique, mais constitue également un scandale, puisque ce «droit de proposition» ne veut pas dire que la personne nommée au final, soit celle que le Bundestag aura proposé. Il n’y a aucun doute que la majorité écrasante CDU-SPD au Bundestag acceptera de se passer désormais d’une de ses fonctions les plus fondamentales de la démocratie allemande - celle du contrôle du gouvernement et par conséquent, celle des services secrets. Au fond, cela revient à renoncer à la démocratie parlementaire - les décisions quant au pouvoir de la représentation du peuple se prennent désormais, en toute occurrence, à Washington. La soumission de la chancelière que les Allemands peuvent actuellement admirer également dans le dossier du traité sur les libres échanges TTIP, trouve ainsi son point culminant - ce sont les Etats-Unis qui décident ce que le parlement allemand puisse contrôler.

On serait en droit de s’attendre à un cri d’indignation de la part des élus allemands. Mais non, la discipline politique des deux partis au pouvoir, la CDU/CSU et le SPD, veut qu’on accepte tout et n’importe quoi, dans un «intérêt supérieur» qui est celui d’une soumission totale de l’Allemagne aux intérêts des Etats-Unis.

Il ne faut pas s’étonner que les gens se résignent soit en pensant «tous pourris» ou qu’ils cherchent un refuge chez des extrémistes de toute sorte. La politique d’Angela Merkel n‘est non seulement meurtrière en Europe, mais met en péril les restes de la démocratie dans les pays occidentaux.

Une telle politique équivaut à un appel à la rébellion - ce gouvernement composé de conservateurs et de socio-démocrates aura trahi toutes les valeurs qui sont chères aux gens, tout en menant des campagnes de communication d’une telle intensité que la majorité des Allemands ne s’en rend même pas compte. Au contraire - «les Allemands» pensent toujours que «Mutti» s’occupe bien des affaires du pays, mais le réveil sera brutal. Un jour, les Allemands comprendront que cette femme aux allures quelconques aura vendu les valeurs humanistes que l’Allemagne avait brièvement retrouvées après la dernière guerre. Mais ce jour-là, il risque d’être trop tard pour remédier aux torts que cette femme aura infligés aux Allemands et aux Européens.

Crédit photo : Eurojournalist(e) / CC-BY-SA 3.0

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Brésil : Lula en tête, Bolsonaro résiste
Si Lula rassemble 48,4 % des voix au premier tour, Bolsonaro crée la surprise en dépassant les 43 %. La vigueur de l’extrême droite se retrouve aux élections législatives et des gouverneurs locaux qui se déroulaient aussi dimanche. Le mois de campagne qui reste s’annonce tendu.
par Jean-Mathieu Albertini
Journal — Sports
Coupe du monde au Qatar : le Mondial de trop
Que le Mondial de foot se joue au Qatar ou ailleurs, l’exaspération démocratique et sociale face à la crise climatique et à l’inégalité des richesses impose aux grandes compétitions de changer de modèle. Il faut documenter et dénoncer la confiscation du football par des instances sportives et politiques ultralibérales. En espérant que les prises de conscience changeront enfin le cours des événements sportifs. 
par Stéphane Alliès
Journal — Sports
Indonésie : au moins 125 morts dans l’une des pires tragédies de l’histoire du foot
Prises au piège entre des supporteurs en colère et une riposte policière disproportionnée, au moins 125 personnes sont mortes piétinées ou asphyxiées dans un stade de la ville de Malang, à Java. 
par La rédaction de Mediapart
Journal — Justice
Blanchiment d’argent : le site Winamax se brûle au jeu
Une enquête judiciaire montre que la plateforme de paris en ligne a violé plusieurs de ses obligations légales en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. L’entreprise n’a pas fait le moindre signalement à Tracfin pendant plus de sept ans.
par Yann Philippin et Jean Letellier

La sélection du Club

Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost