Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Eurojournalist(e)

Suivi par 182 abonnés

Billet de blog 23 avr. 2020

Un hommage à toutes les équipes soignantes

Le photographe Nicolas Rosès a pu se rendre à la Clinique de l'Orangerie à Strasbourg qui a été transformée dès le 21 mars en « unité dédiée aux confinés du Covid-19 ». Reportage.

Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Unité de soins à la Clinique de l'Orangerie à Strasbourg. © Nicolas Rosès

(Nicolas Rosès / KL) – Les chiffres que l'on entend à la télévision ou à la radio sont une chose. La réalité dans les unités de soins cliniques en est une autre. Accueilli par le directeur de la Clinique de l'Orangerie Patrick Wisniewski et son assistante Valérie Fabre, Nicolas Rosès a pu prendre des informations de première main et photographier les réalités d’un un tel service.

C'est le 15 mars que la Clinique de l'Orangerie a reçu la demande de l'ARS et de la « Cellule de coordination territoriale de réanimation Covid-19 » d'augmenter le capacitaire de réanimation pour y accueillir des malades du Covid-19 de Strasbourg et environs. La réactivité de cette clinique privée était impressionnante : en seulement quelques jours, les activités habituelles de la clinique avaient été déprogrammées, les lits en unité de surveillance avaient été transformés en lits de réanimation avec tous les équipements nécessaires à la réanimation de malades du Covid-19, et le 21 mars, le premier patient Covid-19 a pu être accueilli.

Depuis, les équipes sauvent des vies, tournent avec un engagement exceptionnel et soutiennent activement la gestion de la situation particulièrement dramatique en Alsace. En journée, les kinésithérapeutes travaillent avec les patients, jour et nuit deux anesthésistes-réanimateurs sont sur place pour intervenir immédiatement lorsque cela est nécessaire. Mais il n'y a pas que les médecins, infirmières et aide-soignants qui s'occupent des patients ; le personnel assurant la propreté et la désinfection est tout autant sur le pont : chacun y a son rôle à tenir, et cette unité construite en l'espace de quelques jours ne peut fonctionner qu'à condition que tout un chacun s'engage de cette façon. « On a du réaffecter des personnels qualifiés rapidement », explique le directeur Patrick Wisniewski - et ceci n'a pas du être facile. Transformer en quelques jours une clinique où tous les ans, 100 médecins et 300 collaborateurs traitent 16000 patients en une unité de soin dédiée aux patients du Covid-19, ce n'est pas une mince affaire.

Arrivé sur place, Nicolas Rosès se déshabille pour revêtir une tenue de personnel soignant, obligatoire dans ces conditions sanitaires extrêmes. Ainsi vêtu, il a pu documenter le travail des équipes soignantes et la structure mise en place. Impressionnant ! « J'ai vu des équipes totalement concentrées, professionnelles et engagées. Tout le monde y était bien équipé, le personnel qui désinfectait les chambres des patients également. Je me demande comment la clinique a pu installer en si peu de temps tous ces équipements techniques et faire en sorte que du jour au lendemain, cette nouvelle unité puisse fonctionner ainsi. » Bien sûr, parmi les équipes, il y en a qui ont les yeux fatigués, à la fois à cause de la lourde charge de travail et bien entendu, aussi, par la tension psychologique qu’entraîne le fait d'évoluer au milieu d'une telle unité, où les patients se trouvent entre la vie et la mort. « La transparence de la direction de la clinique, l'accueil ouvert et sympathique par Monsieur Wisniewski et Madame Fabre qui ont tout de suite compris l'intérêt de ce reportage, cet hommage, au cœur... d'une telle structure. C'est ici que je me suis rendu compte à quel point l'intégralité du corps médical dans la région est mobilisée pour combattre ce virus et apporter des soins aux patients les plus gravement touchés », dit Nicolas Rosès. « Et plus que ça : hormis tous les aspects techniques où on se rend compte qu'une structure high-tech est mobilisée pour les patients, j'ai vu beaucoup de gestes très humains, malgré la pression qui règne dans une telle unité. Même par temps de catastrophe sanitaire, les soignants font toujours autant preuve d'altruisme et d'humanité ! »

Bien entendu, la Clinique de l'Orangerie n'est qu'un exemple pour la mobilisation du corps médical dans la région. « Ce sont des héros et en applaudissant à 20h tous les soirs, j'ai ces images en tête de personnes totalement dédiées à protéger la vie des patients, qui travaillent avec abnégation et professionnalisme. » Espérons qu'une fois cette pandémie sous contrôle, on n'oubliera pas qui aura sorti la France et le monde de cette crise. Espérons qu'on ne verra plus jamais de soignants se faire gazer lorsqu'ils demandent, à juste titre, des conditions de travail dignes de ce nom et une reconnaissance pour les métiers parmi les plus difficiles du monde.

Regardez cette vidéo qui nous montre les réalités du Covid-19, et vous comprendrez aussi que le respect des consignes de confinement et de la distanciation sociale n'est pas un luxe, mais un impératif absolu. Les patients et le personnel soignant ne font pas semblant. Il se battent pour la survie. Pour la vie, tout court.

Pour obtenir plus d'informations sur la Clinique de l'Orangerie à Strasbourg, CLIQUEZ ICI !

Pour visionner la vidéo réalisée sur la base des photos de Nicolas Rosès, CLIQUEZ ICI !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes portugais résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau