Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Eurojournalist(e)

Suivi par 181 abonnés

Billet de blog 23 août 2018

L’Allemagne oublie ses enfants

Un rapport du « Kinderschutzbund » (DKSB, Fédération pour la protection des enfants) tire la sonnette d’alarme. Environ 4,4 millions d’enfants en Allemagne vivent dans la précarité.

Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les époques changent, les problèmes restent les mêmes... © Nationaal Archief / Wikimedia Commons / PD

(KL) – C’est indigne pour un pays qui se présente partout comme exemplaire. Le « modèle allemand », fondé sur l’austérité et « les marchés », ne fonctionne pas – environ 4,4 millions d’enfants en Allemagne vivent en précarité avec toutes les conséquences que cela implique : difficultés dans la scolarité, maladies, problèmes sociaux. Le « Kinderschutzbund » (Fédération pour la protection des enfants, DKSB) demande au gouvernement fédéral de combattre la pauvreté d’enfants avec des mesures concrètes et des réformes administratives.

Jusqu’à aujourd’hui, on pensait que 3 millions d’enfants vivaient en pauvreté en Allemagne, ce qui est déjà un chiffre absolument indigne pour un pays aussi riche que l’Allemagne. Mais un nouveau rapport du DKSB fait état de 4,4 millions d’enfants, car environ 1,4 million d’enfants concernés vivent dans des familles qui échouent devant la complexité administrative pour demander des aides d’état auxquelles elles auraient droit et qui, par conséquent, n’apparaissaient pas dans les statistiques officiels.

Pour le DKSB, les raisons pour cette pauvreté d’enfants sont claires: « Souvent, les parents sont dépassés par les procédures administratives ou ne demandent pas les aides auxquelles ils ont droit parce qu’ils ont honte ». Lorsque les parents sont stigmatisés par la pauvreté, ce sont les enfants qui paient le prix fort.

Pour le DKSB, c’est au gouvernement d’agir et ce, rapidement. Ainsi, la fédération demande des réformes qui assureraient que les familles ayant droit à des prestations de l’état, puissent réellement et facilement toucher ces aides. Il convient donc d’alléger les procédures administratives au lieu de les compliquer sans cesse. Ensuite, le DKSB demande une augmentation des allocations concernant les fournitures scolaires en souhaitant que le gouvernement définisse un budget précis pour ça. Et, de manière plus générale, le DKSB et 13 autres organisations caritatives demandent la mise en œuvre d’une aide sociale pour enfants qui devrait être calculée sur les besoin réels.

Il est surprenant de voir que le pays qui a encore annoncé fièrement hier être le « champion du monde des exportations » ne sache pas s’occuper de ces enfants. Déjà sous pression dans une société vieillissante, l’Allemagne aurait tout intérêt d’assurer que les prochaines générations grandissent dans les meilleures conditions en ayant accès à toutes les offres en matière de formation et de formation professionnelle. On dépense un « pognon fou » pour tout et n’importe quoi, tout en privant une bonne partie des enfants des chances égales.

Le problème est toujours le même : on administre la pauvreté en inventant en permanence de nouvelles procédures de contrôle et de surveillance, de peur que quelqu’un puisse « abuser » des prestations de l’état. Mais il ne faut pas gérer la pauvreté, il faut la combattre. A une époque où on augmente les budgets de défense, où on claque de centaines de millions d’euros pour des sommets inutiles, où on baisse les impôts pour les plus fortunés, les chiffres de la pauvreté des enfants en Allemagne constituent tout simplement une honte. Le « modèle allemand » n’en est pas un – au contraire. Vous trouverez de plus amples informations (en langue allemande), si vous CLIQUEZ ICI !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik