Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Eurojournalist(e)

Suivi par 181 abonnés

Billet de blog 27 mars 2020

Honte à vous, les pétochards haineux !

Alors que chaque soir, des applaudissements retentissent pour ovationner les soignants, parallèlement à ces manifestations de sympathie, l'immonde sort de l'ombre et gagne du terrain.

Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En temps de crise, les sens interdits moraux sont allègrement vandalisés par des imbéciles immoraux. © Sebleouf / Wikimedia Commons / CC-BY-SA 4.0int

(Jean-Marc Claus) – L'immonde, en ces temps de pandémie, c'est l'attitude ignoble de certains Dupont-Lajoie qui, morts de trouille, suent la haine au point d'ostraciser les professionnels de santé. Attitude dont j'ai pu apprécier personnellement quelques mini-échantillons que je mettrai, par charité chrétienne, sur le compte du stress. « Huez les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! », serais-je tenté de clamer, histoire de faire un pied de nez à l'inquisition qui vient...

A Toulouse, dans un immeuble, comme le rapportait France 3 Occitanie le 24 mars 2020, une aide-soignante a été priée très poliment par ses courageux et anonymes voisins, de ne pas toucher les portes des parties communes, d'aller promener son chien plus loin et mieux encore, pour leur sécurité à tous, de loger ailleurs les prochains jours. Le 25 mars 2020, France Inter relatait l'histoire d'une infirmière et d'un propriétaire d'appartement à Paris, qui se sont retrouvés confrontés à l'hostilité irrationnelle du voisinage. Répondant à l'appel de l'Hôpital Tenon, ce propriétaire proposait de mettre gracieusement à disposition d'une infirmière venant en renfort de Vancouver, un logement inoccupé. Cette dernière a du plier bagage, suite au refus de deux couples d'avoir au sein de la copropriété, une personne pouvant potentiellement les contaminer. Les situations de ce type vont malheureusement se multiplier, si elles ne sont pas dénoncées publiquement et vigoureusement combattues.

Honte à vous, les pétochards ! Mais soyez rassurés, si vous tombez malades, qui plus est du Covid-19, on vous soignera quand même. Quand dans vos nids douillets, vous serez en détresse respiratoire, les pompiers ou les ambulanciers qui vous conduiront à l'hôpital le plus proche ne chercheront pas à savoir si vous avez ou non ostracisé une aide soignante ou une infirmière qui soigne les personnes souffrant du même mal que vous. Idem pour tous les personnels hospitaliers qui contribueront à votre prise en charge : ils seront là pour vous, malgré votre immonde connerie. Vous savez quoi, vous les pétochards haineux ? C'est grâce à des gens comme vous qu'on perd des batailles et qu'on amène des dictateurs au pouvoir. C'est votre trouille ignoble et votre égoïsme crasse qui nous mettent tous en danger. Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu, écrivait Bertold Brecht (1888-1956), infirmier durant la Première Guerre Mondiale, obligé à l'exil durant la Seconde. Eh bien vous, les pétochards haineux, vous faites maintenant très fort, car plutôt que de perdre simplement en ne combattant pas vous perdez, en menant le mauvais combat, le plus important : l'honneur. Mais comme on ne peut perdre que ce qu'on détient...

Aujourd'hui, comme hier - et comme demain aussi, du moins je l'espère - je me rends à mon travail, à l'hôpital, non sans appréhension, mais j'y vais parce que c'est mon devoir. Quand j'en reviens, je suis plus propre que vous, les pétochards haineux qui avez préventivement emmagasiné des tonnes de papier-cul, avec une simple savonnette ! Ma propreté ne relève pas que de l'hygiène hospitalière, mais du sens du devoir civique et de l'honneur d'accomplir une mission d'intérêt général. A bientôt 56 ans, j'ignore si j'échapperai à une forme fatale de cette affection covidienne. Ça serait vraiment con, après 37 années de service, de calancher avant la retraite. Mais je sais dès à présent que, contrairement à vous les pétochards haineux, je pourrai jusqu'au bout croiser mon regard dans un miroir, sans avoir à baisser les yeux.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Nucléaire
« Hugo », lanceur d’alerte du nucléaire : « J’accuse EDF de dissimulations »
« Avec ce type d’attitude, nos centrales ne sont pas sûres » : le témoignage choc d’un membre de la direction de la centrale nucléaire du Tricastin, inquiet que la culture de la sûreté nucléaire passe en arrière-plan des impératifs financiers au sein du groupe EDF.
par Youmni Kezzouf et Jade Lindgaard
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche