Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Eurojournalist(e)

Suivi par 182 abonnés

Billet de blog 27 oct. 2019

Mourir en Méditerranée? Pas de problème…

Entre les débats concernant le Brexit ou une possible adhésion de l'Albanie et de la Macédoine du Nord, un vote au Parlement Européen a failli passer inaperçu.

Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Voilà le résultat du "vote de la honte"... © (c) Sven Giegold (MEP)

(KL) – Le vote organisé au Parlement Européen hier concernant une résolution sur la recherche et le sauvetage de réfugiés en Méditerranée a tourné en honte généralisée pour cette Europe institutionnelle qui se soucie davantage du bien-être des banquiers et des producteurs de produits toxiques que de vies humaines. 288 eurodéputé.e.s avaient voté pour cette résolution qui n’était autre qu’un appel aux gouvernements de tout faire pour sauver des vies et faciliter celle des équipes de sauvetages, mais 290 eurodéputé.e.s des conservateurs du PPE et de l’extrême-droite ont fait échouer cette résolution. Et 36 eurodéputé.e.s n’avaient pas d’opinion et se sont donc abstenus.

Ce vote est intéressant à bien des égards. D’une part, on constate que les conservateurs au Parlement Européen n’avaient aucun problème pour faire cause commune avec l’extrême-droite identitaire européenne ; et le fait que le PPE quitte la « coalition tacite » avec les autres partis démocratiques présents au Parlement Européen pour s’allier pour la circonstance à l’extrême-droite, mérite qu’on s’y arrête un moment. Le comportement du PPE, donc en grande partie des chrétiens-démocrates, n’a rien de chrétien, rien d’ humaniste, mais il est l’expression d’un cynisme froid. Ce vote PPE / extrême-droite restera gravé dans les mémoires et il faut espérer qu’il ne s’agit pas du prélude à d’autres coopérations de ce type dans les Etats membres.

Et que font ces 36 eurodéputé.e.s sans opinion au Parlement Européen ? 36 eurodéputé.e.s n’avaient pas d’opinion sur cette question de vie ou de mort ? Ils ne savaient pas comment voter ? Qu’ils rendent leur siège alors et qu’ils fassent de la place pour des eurodéputé.e.s qui voudraient faire de la politique et dont la présence au Parlement Européen ne servirait pas uniquement à encaisser les indemnités journalières. Personne n’a besoin d’eurodéputé.e.s grassement payés qui n’ont pas d’opinion sur l’une des questions les plus brûlantes de notre époque.

Mais bien évidemment, l’indifférence des conservateurs et extrémistes européens concernant l’hécatombe en Méditerranée ne surprend pas vraiment. Depuis des années, les institutions européennes font semblant de mener une « guerre contre les passeurs », mais en réalité, elles financent des régimes criminels, des violations des droits de l’homme, des camps de concentration en Libye, le tout pour que ces régimes criminels gardent les réfugiés loin de l’Europe. Pendant ce temps, l’Europe institutionnelle a fait fleurir les affaires des passeurs, en rendant leurs « services » plus chers. Avec le vote d’hier au Parlement Européen, l’Europe a donc changé d’orientation. Désormais, la « guerre contre les passeurs » doit être appelée « guerre contre les migrants » et avec le refus de cette résolution, l’Europe institutionnelle a définitivement quitté la voie de l’Humanisme européen.

Ce vote est terrible, l’hécatombe en Méditerranée et la criminalisation des équipes de sauvetage privées peut donc continuer avec l’aval du Parlement Européen. « On s’en fiche s’il y a des êtres humains qui se noient en Méditerranée », voilà le message des conservateurs et de l’extrême-droite au Parlement Européen. La nouvelle mandature commence très mal – et transformera l’Union Européenne en un simple marché intérieur dont la seule valeur est l’argent. A peine quelques semaines après le début de cette nouvelle mandature, force est de constater que nous nous sommes trompés une nouvelle fois dans nos votes. Un Parlement qui se fiche d’un drame comme celui qui se déroule quotidiennement en Méditerranée a perdu tout crédit moral, toute justification à donner des leçons aux autres. 290 eurodéputé.e.s qui refusent de voter en faveur de la vie – c’est tout simplement honteux.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss