Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Eurojournalist(e)

Suivi par 181 abonnés

Billet de blog 30 août 2019

« Les pauvres seront les plus affectés »

Tim Lang, Professeur de Politique Alimentaire au Centre pour la Politique Alimentaire de la City University of London a répondu à nos questions concernant les conséquences du Brexit.

Kai Littmann
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Professeur Tim Lang est l'un des grands experts de la politique alimentaire. © privée

(KL) – Même les modèles élaborés par le gouvernement britannique prévoient des situations catastrophiques pour la population de la Grande Bretagne en cas de Brexit. Nous avons voulu savoir comment le Brexit affectera concrètement la population britannique et nous avons donc posé nos questions au Professeur Tim Lang, spécialiste en politique alimentaire à la City University of London. Interview.

Monsieur le Professeur, on dirait que la Grande Bretagne est en train de créer une situation d’« après-guerre » en se préparant au « hard Brexit ». Quelles seront réellement les conséquences pour les citoyens et citoyennes britanniques ?

Professeur Tim Lang : Les conséquences risquent d’être très sévères – le jour après le Brexit, le nombre de camions arrivant en Grande Bretagne diminuera au moins d’un tiers dans les 24 heures. Il y a également le risque que les importations de fruits et légumes en provenance de l’Union Européenne baisseront de moitié, ce qui aura également un impact sur la santé publique.

Pourquoi sur la santé publique ?

PTL : Puisque les prix pour ces aliments augmenteront d’au moins 10%, et même plus si la livre sterling continue à baisser, ce seront les personnes aux faibles revenus qui seront particulièrement affectées et ne pourront plus se nourrir sainement. Sans accord sur les libres échanges, les importations depuis les Etats membres de l’Union Européenne pourront même baisser de moitié.

Et cela risque de durer longtemps ?

PTL : Dans le meilleur des cas et en vue du manque de préparation pour ce Brexit, les pénuries dureront trois mois, avant de pouvoir revenir à un niveau de disponibilité qui ne dépassera pas les deux tiers du niveau au 31 octobre.

Et il ne sera pas possible de compenser cela par la production domestique ?

PTL : La Grande Bretagne ne produit que 12% des fruits et 55% des légumes consommés au pays. Et déjà actuellement, nous rencontrons des problèmes de santé publique car les personnes aux revenus les plus faibles ne peuvent pas se permettre d’en consommer beaucoup. Donc, l’impact sur la santé publique est une conséquence logique à laquelle il faut réagir.

Est-ce que la population britannique est au courant de tout cela ?

PTL : Plusieurs rapports sont arrivés à la connaissance du public, mais l’information n’est pas claire. Si maintenant, le gouvernement veut dépenser 138 millions de livres pour une campagne d’information, il faut éviter d’en faire de la pure propagande, car cela conduirait à des achats de panique. Il faut maintenant informer la population honnêtement sur ce qui l’attend et traiter les gens comme des adultes.

Et comment est-ce que la Grande Bretagne entend gérer cette situation de pénurie ?

PTL : La vérité est que nous l’ignorons. Nous entrons sur un terrain inconnu. Il peut y avoir des achats de panique ou non. En tout cas, les pénuries arriveront à coup sûr.

Et si la Grande Bretagne se tournait vers d’autres sources d’approvisionnement, d’autres partenaires ?

PTL : Théoriquement, la Grande Bretagne pourra commercer avec tout le monde. Le problème pratique qui se pose, c’est qu’il faudra du temps pour négocier d’autres accords.

Donc, pour l’exprimer en toute simplicité – encore une fois, ce seront les gens les plus modestes qui paieront le plus cher pour le Brexit ?

PTL : Oui. Les personnes les plus aisées s’en tireront sans problèmes, les personnes les plus pauvres seront affectées le plus durement.

Monsieur le Professeur Lang, merci pour vos réponses !

Lien intéressant sur les travaux de la "Food Research Collaboration", une structure inter-universitaire impliquant la société civile.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le passe vaccinal définitivement adopté sous les invectives
Avec 215 voix « pour » et 58 « contre », le projet de loi « renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire » a été adopté par le Parlement dimanche, lors d’un ultime vote des députés. Après de nouveaux débats houleux sur l’utilité et la proportionnalité de sa mesure principale : le remplacement du passe sanitaire par un passe vaccinal.
par Joseph Confavreux
Journal — France
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — France
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005
Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc