Billet de blog 9 oct. 2021

Du désir au dégoût

De l'usage du corps des femmes, des injonctions contradictoires et du parallélisme qui peut être fait avec l'usage de la Terre.

Zaëlle Noyoub
Poétesse voyageuse
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Du désir au dégoût, et entre les deux : rien.

C'est ainsi que j'ai appris à évaluer mon propre corps et celui de ceux qui étaient censés l'apprécier. Mon corps désirable ou répugnant. Mon corps désiré qui m'octroie confiance en moi et succès. Mon corps mince, épilé, bronzé, musclé. La graisse, le poil, la mollesse et la peau marquée, striée de vergetures et capitonnée dégoûte et inspire le rejet, la honte. Mon corps, je ne peux pas l'oublier. Je ne peux pas oublier surtout à quoi il devrait ressembler, je ne peux que sentir l'échec de n'y être pas parvenue. Culpabilité.

Mon corps, corps de femme qui aime les hommes, mais qui surtout doit s'en faire aimer. Qui doit s'en faire désirer. Sexuellement. Corps qui doit donner envie d'être approché, senti, caressé, palpé, pétri, pénétré, pris. Corps dont la valeur dépend du désir qu'il inspire. De la pulsion qu'il provoque. Plus irrépressible est le désir, mieux le corps est coté, et plus la transaction sexuelle obtenue – ou soutirée – est motif de vantardise et de fierté. Pour l'homme. Pour celui qui conquiert. Pour celui qui, comme le colon d'hier et d'aujourd'hui, débarque souverain et plante son drapeau d'orgueil dans la chair molle d'une terre qu'il qualifie de vierge ou de sauvage et qui n'existe que par lui.

Corps qui doit être désirable sans avoir été déjà trop pris. Terre vierge et innocente que n'a pas encore atteint la barbarie. Jungle sauvage et inexplorée qui excite par son mystère, par la nature rebelle, qui fait obstacle et résiste, par son seul instinct naïf. Corps épilé et lisse comme une page blanche qui s'offre au nom de celui qui se l'approprie.

Un corps de femme doit résister. Un peu, pas trop. Dire « non » pour ne jamais dire « oui », sauf en robe blanche le jour J. Le corps d'une femme doit être étroit, serré. Toujours ferme, jamais dilaté. Contenu, discret. Hymen qui rechigne à se faire déchirer. Pour la gloire du conquérant. Pour l'honneur du vainqueur, celui par lequel, à force de ruse et de vigueur, le corps s'est laissé pénétrer. Effraction autorisée. La nature apprivoisée. Celle de la femme. Car l'homme, lui, s'est transformé en bête sauvage, en chasseur infatigable, guettant sa proie indocile. Corps bientôt domestiqué.

Coupe rase et intégrale, aisselles, jambes, maillot. Que rien ne dépasse. Cycle régulé, le sang dégoûte et pas une goutte ne doit perler. Lingerie immaculée. Le sang menace. Coule à flot. Mer rouge sang. Canal ouvert entre mes cuisses, lieu de toutes les joutes viriles dont on se dispute l'accès. Sang de l'enfant qui n'est pas né. N'en laisser aucune trace.

Corps de femme sans cesse critiqué, évalué. Le corps précède la femme où qu'elle aille et quoi qu'elle porte. Ses seins, ses fesses, ses lèvres, avant qu'un premier mot ne sorte. Le « trop » tout autant que l'absence. Le « mais » avant l'intelligence. Corps de femme soumis au regard des hommes. Viande appétissante que l'on peut trouver « bonne ». Bonne à rien, bonne à tout. Du désir au dégoût.

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière des États-Unis
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire en faisant nommer des juges conservateurs à des postes clefs, notamment à la Cour Suprême.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
« Lutter contre la culture du viol » Lettre à la Première ministre
Je suis bouleversée suite aux actualités concernant votre ministre accusé de viols et de l'inaction le concernant. Je suis moi-même une des 97 000 victimes de viol de l’année 2021. Je suis aussi et surtout une des 99 % de victimes dont l’agresseur restera impuni. Seule la justice a les clés pour décider ou non de sa culpabilité… Pourtant, vous ne pouvez pas faire comme si de rien n’était.
par jesuisunedes99pourcent
Billet de blog
Le Gouvernement se fait pourtant déjà juge, madame la Première ministre
La première ministre, Mme Elisabeth Borne, n'est pas « juge », dit-elle, lors d’un échange avec une riveraine, ce mercredi 15 juin 2022, l'interrogeant sur les nouvelles accusations visant M. Damien Abad, ministre des solidarités.
par La Plume de Simone
Billet de blog
Lettre ouverte d’étudiantes d’AgroParisTech
Ces étudiantes engagées dans la protection contre les violences sexuelles et sexistes dans leur école, réagissent à “Violences sexuelles : une enquête interne recense 17 cas de viol à AgroParisTech” publié par Le Monde, ainsi qu’aux articles écrits sur le même sujet à propos de Polytechnique et de CentraleSupélec.
par Etudiantes d'AgroParisTech
Billet de blog
« Promising Young Woman », une autre façon de montrer les violences sexuelles
Sorti en France en 2020, le film « Promising Young Woman » de la réalisatrice Emerald Fennell nous offre une autre façon de montrer les violences sexuelles au cinéma, leurs conséquences et les réponses de notre société. Avec une approche par le female gaze, la réalisatrice démonte un par un les mythes de la culture du viol. Un travail nécessaire.
par La Fille Renne