Les Fantasmes de Baldrige

 Jamie Baldrige peut être consideré comme l'un des meilleurs photographes du subconsient. Malgré son jeune âge, il a réussi à exposer ses œuvres dans les plus grands galeries d'Art et Musées. Ses travaux ainsi que ses écrits figurent désormais (ou déjà) dans la prestigieuse collection des livres rares de la librairie du Congrès[1].

 

Jamie Baldrige peut être consideré comme l'un des meilleurs photographes du subconsient. Malgré son jeune âge, il a réussi à exposer ses œuvres dans les plus grands galeries d'Art et Musées. Ses travaux ainsi que ses écrits figurent désormais (ou déjà) dans la prestigieuse collection des livres rares de la librairie du Congrès[1].

Il existe chez Baldrige une hantise de l'ancrage et de la tempête symbolisée par un navire qu'il soit voguant ou volant. Une tempête en cours, passée ou à venir qui brise les envies, menace et sanctionne les choix. Ainsi, Jamie Baldrige nous laisse-t-il entrevoir parmi ses personnages les naufragés et les rescapés de sa propre créativité. Une réflexion sur la liberté de choisir (de traverser) la tempête ou de la subir inéluctablement.

Enfin, suffit-il de parcourir le plan de la scène, de franchir le cadre de la photo pour s'extirper du mur de l'immobilisme et déccrocher la clef de sa propre liberté de pensée. En effet, quand on est plongé dans la "painting in motion" de Baldrige on éprouve la sensation que chaque photo nous a confisqué une part de notre imaginaire.

Son premier livre illustré[2] « Almost Fiction » (105 pages) est une belle synthèse issue de son catalogue d'artiste avec une préface remarquable de Graham Nash. En voici trois œuvres majeures qui prouvent s'il en était besoin que les fantasmes sont faits pour ceux qui n'ont pas d'imagination.

A Ten-Penny Prophet © Jamie Baldrige A Ten-Penny Prophet © Jamie Baldrige



Perpetual Motion © Jamie Baldrige Perpetual Motion © Jamie Baldrige



Velocity of the Dendrites © Jamie Baldrige Velocity of the Dendrites © Jamie Baldrige

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.