France 2012, une édition politique participative

France 2012 n°4 / Edito L'élection présidentielle française de 2007 était une occasion historique pour la France. Les enjeux nationaux tant qu'européens, l'évolution sociale et économique du pays et de nombreux autres facteurs inertiels et contextuels tendaient à faire de cette élection un moment décisif pour la nation. La qualité des candidats, tous bords confondus, et de leurs propositions ainsi que des débats engendrés ont prouvé, allié à fort intérêt des français, lors de la campagne et de l'élection, que le moment était ressenti comme tel.

France 2012 n°4 / Edito

 

L'élection présidentielle française de 2007 était une occasion historique pour la France. Les enjeux nationaux tant qu'européens, l'évolution sociale et économique du pays et de nombreux autres facteurs inertiels et contextuels tendaient à faire de cette élection un moment décisif pour la nation. La qualité des candidats, tous bords confondus, et de leurs propositions ainsi que des débats engendrés ont prouvé, allié à fort intérêt des français, lors de la campagne et de l'élection, que le moment était ressenti comme tel.

 

Que le vainqueur de cette élection en soit l'incarnation est laissé à la libre appréciation de chacun et des résultats de son mandat. Cela nous dédouane-t-il pour autant en tant que citoyen de faire retomber notre intérêt et notre participation pendant cinq ans ? Bien sur le mandat présidentiel, et conséquemment législatif, donne une légitimité forte aux forces au pouvoir : législatif, exécutif et administratif. Mais pour autant, il serait bien facile pour nous de ne nous reposer que la dessus. La question n'est pas de remettre en cause la légitimité, mais de ne pas mettre notre conscience et notre intérêt citoyens, qui ont été si fort, en sommeil pendant cinq ans, maintenant quatre.

 

La confiance issue de la légitimité, et vice versa, ne nous dédouane donc pas d'être critique, d’analyser notre situation, de proposer, de participer. Pourquoi? Pour ne pas avoir que la revendication syndicale ou les élections intermédiaires (européennes, référendaires, etc.) pour exprimer des désaccords et donc de participer par là-même à la perversion d’un système institutionnel déjà mal équilibré. Notre système politique social, au sens des institutions constitutionnelles et sociétales, ne nous permet pas de nous exprimer. La question participative du citoyen pendant le mandat exécutico-législatif de cinq ans de notre nation est essentiel suite à cette échéance charnière de 2007.

 

Nous ne pouvons laisser, que nous soyons partisan, opposant, confiant ou méfiant, la question politique aux seules mains du triptyque législatif-exécutif-administratif pendant encore quatre ans. Nous nous devons à une certaine cohérence suite à 2007. Notre choix s'est porté sur le media participatif Mediapart. Choix et opportunité d'être critique, d'analyser et de proposer.

 

Alors que proposons-nous dans l'édition France 2012 ? De vous proposer une édition hebdomadaire continue : des réactions à chaud et partisanes dans des articles Actualité, des analyses de l'actualité avec plus de recul et de réflexion dans des articles Analyse et enfin des idées politiques dans des articles Proposition.

 

L'édition participative France 2012 est ouverte à tous ceux qui le veulent. Notre objectif commun, avoir le plus de visions partisanes ou non de notre vie politique à l'horizon ou l'échéance de l'élection 2012.

 

L'élection de 2012 doit être préparée, le débat doit commencer maintenant avec l'analyse continuelle de notre présent.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.