Ecoloclaste
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Francophonie

Suivi par 1 abonné

Billet de blog 14 sept. 2014

Trois questions à Pierre Buyoya, candidat au Secrétariat général de la Francophonie

Ecoloclaste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pierre Buyoya : '' La francophonie a besoin d'un homme d'autorité qui a fait ses preuves ''


Après avoir été président du Burundi, Haut représentant de l'UA et Médiateur de la Francophonie, pourquoi êtes-vous candidat au secrétariat général de l'OIF ?
Ma candidature, c'est d'abord la candidature de mon pays par la voix de son président. Ma décision personnelle n'est intervenue qu'après une longue période de réflexion. La francophonie aborde une étape importante de son développement après les mandats réussis de Boutrous Ghali et du Président Diouf qui en ont fait une grande organisation internationale en lui faisant jouer un rôle politique dans la prévention et la résolution des conflits, la démocratisation des jeunes états africains et la défense des droits de l'homme. Depuis la fin de mes mandats de Président du Burundi en 2003, j'ai servi aussi bien la francophonie que l'Union africaine dans leurs missions de paix et démocratisation : de la Mauritanie à la Centrafrique en passant par le Soudan, le Cameroun et le Mali... Sans doute que mon bilan à la présidence de mon pays et mon investissement au sein de la Francophonie et l'Union africaine ont pesé dans la décision de candidater au secrétariat général de la francophonie que j'ai toujours servie.


Justement certains pays vous reprochent les conditions d'accession au pouvoir dans votre pays ?
Tous les pays du monde ont connu des périodes exceptionnelles. J'ai accédé au pouvoir dans des périodes de crises exceptionnelles dans mon pays. Mais ce qui compte vraiment, ce n'est pas plus comment on accède au pouvoir que ce que l'on fait du pouvoir et surtout la façon dont on quitte le pouvoir. Or, mes deux mandats de président du Burundi se sont terminés par une restitution démocratique et pacifique du pouvoir. En 1993, j'ai reconnu la victoire de mon adversaire au terme d'un processus démocratique que j'avais initié et abouti. En 2003, j'ai transmis la présidence à mon vice-président conformément aux ''Accords d'Arusha'' que j'avais aussi initiés et appliqués pour sortir mon pays de la pire crise de son histoire. Là aussi, je pense que mon bilan à la tête de mon pays parle pour moi. J'avais pris le pouvoir pour servir mon pays mieux que tant d'autres qui y ont accédé plus ou moins démocratiquement. Depuis, j'ai participé à la construction et la promotion du dogme démocratique de l'union africaine et j'ai présidé les médiations de la francophonie dans toutes les transitions démocratiques du continent sans avoir jamais entendu quelqu'un me reprocher mon accession au pouvoir. Ni au sein de la francophonie ni au sein de l'UA ni au sein des Nations unies.

La francophonie a-t-elle besoin d'un ''homme fort'' pour utiliser la formule d'Obama à propos de l'Afrique : les pays du Nord ne préfèrent-ils pas un agneau plutôt qu'un indomptable à la tête de l'OIF ?
Les candidatures seront examinées par le sommet des chefs d'états. Je ne veux pas m'enfermer dans ces raisonnements polémiques. On a vu un peu partout que la défaillance des leaders conduit souvent à la faillite des pays. Si l'homme fort est celui qui est capable de faire avancer son pays et son organisation, nous avons besoin d'hommes forts. Pour faire avancer le Burundi de l'époque, on avait besoin d'homme fort parce que la tâche était gigantesque car nous jouions une partie risquée et non une partie de plaisir. J'étais combattu par les extrémistes du camp adverse et les extrémistes de mon camp qui pensaient que j'étais en train de les vendre. Comme l'Afrique qui est immense sur le plan social, culturel et physique, l'OIF, l'UA et l'ONU ont toujours besoin d'hommes d'autorité qui ont déjà fait leurs preuves. Mais un homme d'autorité doit se définir par ses capacités de conduire une organisation à sortir de situations difficiles et faire les progrès nécessaires. Au Burundi, j'ai affronté les rebellions. On peut espérer qu'à la tête de la francophonie, les rebellions me seront épargnées.

 Propos recueillis par Cheikh Touré
 Paru dans Le calame N°945 du 09 septembre 2014

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO