Définition: vérité.

La vérité m'est ce qu'est le temps à Augustin d'Hippone: si on ne me demande pas, je sais ce qu'elle est, si on me demande, je ne sais pas.

Les abstractions sont des abstractions, donc des versions simplifiées de la réalité; croire pouvoir saisir une abstraction dans toute son extension c'est à coup sûr aller vers l'erreur; persister dans cette croyance c'est aller vers la faute, qui est à l'erreur ce qu'est l'action à l'intention. Une abstraction est un guide, elle permet de “lire la réalité” et de conformer ses actes à ce qui dans un contexte donné est le plus convergent à un modèle abstrait de comportement, tenant compte de ce qu'on doit aussi souvent que requis vérifier qu'on ne s'écarte pas trop de ce modèle.

Ce qui nous amène à la vérité: je ne sais pas ce qu'elle est et je vous souhaite être dans le même cas. C'est une abstraction, mais elle constitue un guide. Vérifier est estimer en cours de réalisation d'une action, quelle que soit sa durée et son étendue, qu'elle ne s'écarte pas ou pas trop du “vrai”, que les actes intermédiaires ne font pas dériver le projet visé vers un résultat inattendu. «Discerner le vrai du faux» est donc cette action simple dans son principe, parfois complexe dans sa réalisation, de vérifier régulièrement qu'on ne prend pas l'abstraction pour la réalité, qu'on ne réalise pas autre chose que ce qu'on croit.

Voilà ma seule vérité.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.