A H1N1 En tous cas, la maîtrise "comptable" semble assurée.

Extrait du dossier de presse de présentation du PLFSS 2010 (projet de loi de financement de la sécurité sociale)

"Une stratégie de prévention grâce à une campagne vaccinale pour éviter la pandémie"

 

1. Le Gouvernement a fait le choix d’offrir à la population une vaccination gratuite contre le virus H1N1.Il a donc assuré l’achat de vaccins ... financé à parité entre l’Etat et l’Assurance maladie (coût de l’achat des vaccins de l’ordre de 870 millions d’euros, coût de 1,1 milliard d’euros si on inclut les autres achats nécessaires à la campagne de vaccination, sans tenir compte du coût des réquisitions des personnels de santé pour la vaccination).

 

2. Les complémentaires santé participeront au financement des vaccins. Les membres de l’Union Nationale des Organismes d’Assurance Maladie considèrent que dans le contexte exceptionnel de lutte contre une pandémie, leur concours à cet effort de solidarité nationale est légitime.Le PLFSS prévoit donc à titre exceptionnel et pour la seule année 2010, une participation des complémentaires santé, représentant environ 35% du coût des vaccins commandés, soit l’équivalent de ce qu’aurait été le ticket modérateur.

3. Les dépenses liées à la grippe H1N1 seront considérées comme ne faisant pas partie de l’ONDAM (objectif national de dépenses de l'assurance maladie).Un éclairage sur la conception des pouvoirs publics en matière d'économie et de finacement de la prévention ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.