Billet de blog 19 févr. 2014

Catherine Russell - Bring It Back

Puisant dans l’héritage de son père Luis Russell, la chanteuse s’inspire ici de son travail avec Louis Armstrong. Arrangés pour un orchestre de dix musiciens, ces joyaux de l’âge d’or du swing se combinent avec des blues éternels qui ont été chantés par Esther Phillips ou Little Willie John. Dans ce "BRING IT BACK" (Sorti depuis le 11 Février 2014) où chaque titre est un vibrant hommage à une tradition sans cesse renouvelée, Catherine Russell est entourée de l’équipe de son dernier album "STRICTLY ROMANCIN’" qui a reçu deux prestigieuses distinctions en France, le Prix du Jazz Vocal de L’Académie du Jazz et le Grand Prix du Hot Club de France.

harmonia mundi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Puisant dans l’héritage de son père Luis Russell, la chanteuse s’inspire ici de son travail avec Louis Armstrong. Arrangés pour un orchestre de dix musiciens, ces joyaux de l’âge d’or du swing se combinent avec des blues éternels qui ont été chantés par Esther Phillips ou Little Willie John. Dans ce "BRING IT BACK" (Sorti depuis le 11 Février 2014) où chaque titre est un vibrant hommage à une tradition sans cesse renouvelée, Catherine Russell est entourée de l’équipe de son dernier album "STRICTLY ROMANCIN’" qui a reçu deux prestigieuses distinctions en France, le Prix du Jazz Vocal de L’Académie du Jazz et le Grand Prix du Hot Club de France.

Originaire de New York, née dans une famille de musiciens, la chanteuse Catherine Russell a de qui tenir. Pianiste, compositeur et chef d’orchestre novateur, feu Luis Russell, son père, fut longtemps l’acolyte de Louis Armstrong. Pionnière du jazz vocal mais aussi bassiste et guitariste, sa mère, Carline Ray, se produisait avec l’International Sweethearts of Rhythm, Mary Lou Williams et Ruth Brown. Bon sang ne saurait mentir : Catherine a commencé très tôt une carrière professionnelle. Diplômée avec mention de l’American Academy of Dramatic Arts (École supérieure de musique, de danse et de théâtre), elle a accompagné des artistes aussi divers et talentueux que Carrie Smith, Steely Dan, David Bowie, Cyndi Lauper, Paul Simon, Jackson Browne, Michael Feinstein, Levon Helm ou Rosanne Cash.

En 2006, son premier album : Cat, (World Village/Harmonia Mundi), enthousiasma la critique et ouvrit la voie au suivant : Sentimental Streak (2008). Catherine a été invitée dans plusieurs émissions de télévision et de radio : « Late Night with Conan O’Brien », « Tavis Smiley Show » (PBS-TV), « Fresh Air » (NPR), « Piano Jazz », « Mountain Stage », « World Café » et « JazzSet ». Elle a reçu le prestigieux Prix allemand de la critique et le prix de la rédaction du magazine Living Blues. Son troisième album : Inside This Heart of Mine, s’est classé premier aux hit-parades radiophoniques JazzWeek et Roots Music Report, ainsi qu’aux classements de Billboard et I-Tunes. Son quatrième album : Strictly Romancin’, sorti en février 2012, a été distingué du Prix du Jazz Vocal de l’Académie française du jazz, du Grand Prix du Hot Club de France et d’un Bistro Award, catégorie « enregistrement exceptionnel ». La même année, Catherine remporta un Grammy® Award pour sa participation à l’album de la bande originale de la série télévisée primée Boardwalk Empire (HBO).

Catherine Russell s’est produite avec un égal succès sur trois continents. Elle a enflammé de grands festivals de jazz dont Monterey, Newport, North Sea, JazzAscona, Montréal, Berne, Rochester International, Tanglewood, et donné des concerts à guichet fermé au Kennedy Center (Washington, D.C.), au Scullers (Boston), à The Dakota (Minneapolis), au Jazz at Lincoln Center (NYC), au Yoshi’s (San Francisco) et au Pasadena Pops (Los Angeles). Pour All Music Guide : « Russell s’est imposée dans la catégorie des chanteuses rétro à l’ancienne. »

Ses choix artistiques font la part belle aux trésors du répertoire, des années 1920 jusqu’à nos jours, et ses interprétations d’une vitalité éclatante rayonnent de coeur et d’humour. Un registre musical hors des sentiers battus, un swing acoustique étincelant et une approche vocale étonnante font de Catherine Russell une des plus grandes interprètes de la scène musicale populaire américaine.

Harmonia Mundi vous présente toute les semaines ses sorties musiques actuelles chez Mediapart, pour voir tous les articles [cliquez ici]

Pour suivre Jazz Village sur Facebook [cliquez ici]

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch