Billet de blog 29 nov. 2016

En Europe centrale, la Russie cherche à accélérer le déclin américain

Un quart de siècle après que l’Union soviétique se soit retirée des pays d’Europe centrale et orientale, la Russie de Vladimir Poutine use de moyens d’influence plus subtiles pour faire son retour dans un espace désormais partie intégrante de l’Union européenne et protégé par l’OTAN. Le point de vue de Péter Krekó, directeur d’un think tank libéral et atlantiste.

lepeltier.ludovic
Directeur de publication du Courrier d'Europe centrale et doctorant en géographie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pensez-vous que l’on assiste à l’émergence d’un soft power centre-européen ? Comment se manifeste-t-il ?

Je pense que, de plus en plus, l’Europe centrale prend conscience que le soft power est un outil important. Les dernières annonces concernant la création d’une chaîne de télévision Visegrád sur les modèles d’Al-Jazeera et de Russia Today sont en ce sens révélatrices. Récemment, Orbán et Kaczinsky ont déclaré à Krynica qu’ils voulaient mener une « contre-révolution » à Bruxelles – ce qui implique un soft power. D’une manière générale, il y a une tentative, en particulier du côté hongrois et polonais, de définir ou redéfinir les valeurs de la coopération des quatre pays de Visegrád basée sur des valeurs nationalistes, religieuses et traditionalistes.

Quelle est la position stratégique de ces pays dans la nouvelle géopolitique russe ? Les pays de Visegrád sont-ils considérés de la même manière par Moscou ?

La plus grande fracture entre les pays du groupe de Visegrád est justement leur relation avec la Russie et vice versa. Alors que la Russie tente de toucher des pays comme la Hongrie et la Slovaquie et de les compter parmi ses alliés les plus proches, la Pologne est plutôt considérée comme un ennemi à Moscou en raison de sa position pro-OTAN. La République tchèque se trouve à mi-chemin entre les deux, avec un gouvernement qui se montre réservé vis-à-vis de la Russie et un président qui est l’un des plus fervents admirateurs de Poutine dans la région. La Russie a toujours joué la stratégie de « diviser pour régner » dans la région, préférant certains pays aux dépens d’autres.

Qui sont les acteurs du soft power côté russe, ses relais traditionnels et émergents ? 

Le soft power russe compte beaucoup d’acteurs. Des partis politiques (y compris le parti communiste en Russie, Rodina et le parti libéral de Vladimir Jirinovski), des groupes de réflexion tels que le Club Valdai, l’Eglise orthodoxe russe, des ambassades, des idéologues comme Alexandre Douguine, etc. Le soft power russe n’est pas seulement fondé sur l’attraction envers la Russie, mais aussi sur la répulsion (détruire l’image des Etats-Unis et de l’OTAN), la confusion (jouer avec des récits qui sont en contradiction avec d’autres) et des mesures actives. Il y a des tentatives dans les pays d’Europe centrale et orientale de diffuser les valeurs ultraconservatrices du régime russe et de construire et de soutenir des acteurs de la droite et la droite radicale ayant une forte admiration pour Vladimir Poutine et de promouvoir les objectifs de la politique russe. Le parti communiste tchèque, le Jobbik en Hongrie, et le mouvement de Ján Čarnogurský en Slovaquie comptent parmi eux.

Au-delà des relais politiques et diplomatiques, on a l’impression que la limite de l’influence russe reste l’opinion publique, assez profondément hostile à Moscou. Pensez-vous que les choses puissent changer ?

Malheureusement, c’est déjà en train de changer. En République tchèque et en Slovaquie, il y a des sentiments pro-russes assez forts, et en Hongrie, Poutine est plus populaire que Merkel selon plusieurs sondages. L’Union européenne reste populaire, mais l’image des États-Unis se ternit.

Lire sur Hulala : L’étoile ternie des États-Unis en Europe centrale et orientale

Avec la crise ukrainienne, l’ancien bloc de l’Est redevient un terrain de confrontations entre la Russie et l’Occident. Quelle est votre analyse ? Quelle est la responsabilité de l’Europe et des pays concernés ?

La crise ukrainienne est principalement la responsabilité de la Russie, car c’est elle qui a été l’agresseur et qui a violé la souveraineté de l’Ukraine. La responsabilité des États-Unis ayant été de la laisser agir. Quant à l’Union européenne, le problème c’est qu’elle ne s’est toujours pas convaincue d’agir sur le terrain ukrainien, alors même que là-bas, les gens sont descendus dans la rue en brandissant le drapeau européenne durant la révolution de Maidan.

Comment l’élection de Donald Trump peut-elle changer la situation géopolitique et les relations entre l’Europe centrale et la Russie ?

Difficile à prévoir, mais j’espère que cela ne changera pas beaucoup. Les Républicains ne permettront pas à Donald Trump d’abandonner complètement la région.


Retrouvez tous le dossier sur les soft powers en Europe centrale sur Hulala :

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l'extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l'éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal — Climat
Face à la sécheresse, organiser collectivement la solidarité
La sécheresse est en train de dévaster l’Inde et le Pakistan. Ce type d’épisode, de plus en plus fréquent, ne se limite plus aux pays en voie de développement. En France, une vingtaine de départements font déjà l’objet de mesures de restriction d’eau.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Asie
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart