VGBIO
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Il était une fois le climat

Suivi par 78 abonnés

Billet de blog 8 sept. 2015

L’élevage émet plus de gaz à effet de serre que les transports

Ce que nous mangeons a un impact considérable sur le climat et donc l'état de la planète, quelques chiffres, l'élevage est responsable : de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre selon la FAO, bien plus selon d'autres études de 80 % de la déforestation en Amazonie Le 5è rapport du GIEC recommande une diminution importante de la consommation de viande.

VGBIO
végane écologiste insoumise
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 5è rapport du GIEC recommande une diminution importante de la consommation de viande, ce serait aussi efficace que de diviser par 2 le parc automobile mondial.

 En 2006, un rapport de la FAO, Livestock's long shadow, a révélé que l’élevage produisait une quantité importante de gaz à effet de serre (GES), environ 18 % des émissions d'origine humaine. Dans un rapport postérieur, Tackling climate change through livestock (FAO, 2013), des calculs fondés sur des données plus précises établissent à 14,5 % la contribution de l'élevage dans les émissions de gaz à effet de serre d'origine anthropique, dont 9,3 % pour les seuls bovins. C'est légèrement plus que le secteur des transports (IPCC, 2014).

Si l’élevage contribue lourdement aux émissions de gaz à effet de serre, la première cause en est l’énorme gaspillage qui consiste à produire de la nourriture pour des animaux … qui servent de nourriture aux humains ! Cette nourriture est produite souvent à l’autre bout du monde, de manière intensive, et importée. C’est le cas du soja, d'ailleurs presque exclusivement OGM,  et dont la culture repose sur une déforestation intensive de l’Amazonie. L’élevage est responsable de 9 % des émissions de dioxyde de carbone (CO2) à l’échelle mondiale parce que la production de la nourriture animale (soja notamment) implique engrais et équipements agricoles, et parce que la déforestation massive liée à cette production fait disparaître d’immenses puits de carbone naturels.

 Ces émissions de GES se répartissent comme suit. 45 % est attribuable à la production et au transport des aliments (dont 9 % imputables à la déforestation liée à l'extension des cultures et des pâturages). 39 % proviennent de la fermentation gastrique des ruminants. 10 % résultent du stockage et de l'utilisation du lisier. 6 % sont causés par le transport, l'abattage des animaux et au stockage des produits animaux.

Les émissions sont dues majoritairement à l'élevage des ruminants. Produire 1 kg de protéines sous forme de viande de bœuf émet en moyenne 300 kg d'éq. C02, contre moins de 50 sous forme de viande de porc, de poulet ou d'oeufs. 


Source : GIEC.
NB : les "bovins laitiers" produisent du lait mais aussi de la viande.

Un rapport de 2011 conjecture que, entre 2005 et 2050, la demande de viande augmentera de 73 % et celle de lait de 58 % (FAO, 2011).

une autre étude parue récemment aux USA avance même le chiffre de 51% des émissions:

http://www.goodplanet.info/actualite/2009/11/02/reevaluation-de-l-impact-de-l-elevage-sur-le-changement-climatique/

"L’élevage serait responsable de 51% des émissions de gaz à effet de serre, d’après le WordlWatch Institute, qui affirme que les données officielles sont sous-évaluées, car elles ne tiennent pas compte de certains facteurs ou n’attribuent pas certaines émissions à l’élevage.

La FAO ne prendrait pas suffisamment en compte le méthane, l’usage des terres et la respiration des animaux. En effet, les animaux d’élevage rejettent du méthane, un puissant gaz à effet de serre. De plus, comme la place manque pour nourrir les animaux, on la gagne en coupant les forêts. Enfin, selon cette étude, la respiration des bovins et autres ovins rejette plus de CO2 que ce que la photosynthèse peut absorber naturellement ; cet excès se chiffrerait à 8,7 milliards de tonnes de CO2 soit 3,7% des émissions de gaz à effet de serre. Le débat est donc relancé selon eux : « si nous avons raison, cela signifie que pour inverser le changement climatique remplacer les produits d’élevage fera partie des meilleures stratégies à adopter. » 

l'étude est ici:

http://www.worldwatch.org/files/pdf/Livestock%20and%20Climate%20Change.pdf

voici un schéma très parlant, qui montre bien la nécessité impérieuse de végétaliser notre alimentation pour ne pas contribuer à la détérioration du climat et de la planète! pensez y..........

© L214

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet