Vive l'imagination citoyenne

L'imagination des citoyens se porte bien. Agacés par une classe politique et médiatique qui les traite avec mépris et suffisance (ah le discours sur « la pédagogie » nécessaire pour que les citoyens comprennent qu’il n’y a pas d’alternative : TINA en anglais, there is no alternative !) , frustrés par l’abandon du politique pour la gestion par tous les partis de gouvernement, ils commencent, en dehors des partis ou transversalement à eux, à mettre en commun leurs expertises pour dessiner un autre monde et imaginer les conditions de son émergence. Les expériences sont multiples. Je vous propose aujourd’hui un premier focus sur deux d'entre elles particulièrement intéressantes. 

L'imagination des citoyens se porte bien. Agacés par une classe politique et médiatique qui les traite avec mépris et suffisance (ah le discours sur « la pédagogie » nécessaire pour que les citoyens comprennent qu’il n’y a pas d’alternative : TINA en anglais, there is no alternative !) , frustrés par l’abandon du politique pour la gestion par tous les partis de gouvernement, ils commencent, en dehors des partis ou transversalement à eux, à mettre en commun leurs expertises pour dessiner un autre monde et imaginer les conditions de son émergence. Les expériences sont multiples. Je vous propose aujourd’hui un premier focus sur deux d'entre elles particulièrement intéressantes.

 

ADC.jpgLes Ateliers de la Citoyenneté d’abord, association fondée à Lyon en 2002, et fonctionnant sur une envie partagée : celle de développer la capacité de chacun à prendre l’initiative dans la cité. Les Ateliers essaiment sur Paris, Grenoble, Dijon, à la ville et aussi à la campagne sous la forme de lieux de rencontres et de discernement, sur deux heures ou sur un an, où tout citoyen peut exprimer ses idées, appréhender des pratiques par des partages d’expérience, et les mettre en œuvre là où il vit. Je vous laisse découvrir sur leur site la richesse de cette expérience citoyenne avec, notamment, son « Petit dictionnaire des Ateliers » : Citoyenneté entreprenante, Apprentissage mutuel, Ateliers de discernement, Incubateur des initiatives citoyennes, Signaux faibles,...

 

Utopia.jpgDeuxième exemple. UTOPIA, premier mouvement trans-partis de gauche qui vient de sortir aux éditions Parangon son manifeste et s'apprête à déposer deux motions, dans le cadre de la préparation des prochains Congrès du Parti Socialiste et des Verts. Pour UTOPIA, « il ne s’agit pas de corriger à la marge le système capitaliste, qui accentue les inégalités et détruit la planète, l’enjeu est de construire un projet politique permettant à chacune et à chacun de se réaliser individuellement et collectivement ». Leur ouvrage, réalisé collectivement et démocratiquement, préfacé par André Gorz, démontre la richesse des possibles, dès lors qu’on s’extrait du carcan du tout économique et de la pensée binaire. Il remet en cause trois aliénations : le dogme de la croissance comme solution « magique » à tous les maux, la consommation comme seul critère d’épanouissement individuel, et le travail érigé en valeur absolue. Je vous laisse découvrir dans leur manifeste, les très nombreuses propositions des adhérents d’UTOPIA qui semblent bien nous aider à réinventer « une autre manière d’imaginer, de penser et de faire de la politique » en sortant de « la résignation et la soumission au modèle actuel ».

 

Je reviendrai à la rentrée sur ces deux expériences . Je lance un appel aux abonnés et journalistes qui ont connaissance de telles expériences citoyennes, et qui souhaiteraient les mettre en visibilité, à devenir rédacteurs de cette édition.



  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.