Ce qui m’indigne, 5 janvier 2010, fin de matinée.

Depuis 2007 chaque jour est indignation. Aussi me suis-je réjouie quand Médiapart nous a proposé de faire écho au texte de Stéphane Hessel. Le problème c’est que faire le compte de l’ensemble de mes indignations exigerait une bibliothèque !

Depuis 2007 chaque jour est indignation. Aussi me suis-je réjouie quand Médiapart nous a proposé de faire écho au texte de Stéphane Hessel. Le problème c’est que faire le compte de l’ensemble de mes indignations exigerait une bibliothèque ! Je me suis donc imposé une contrainte : noter en quelques minutes et sans aucune hiérarchisation les vingt-cinq premiers motifs de colère qui spontanément me sont venus à l’esprit en cette fin de matinée. Plutôt donc la radiographie d’un instant qu’un compte-rendu réfléchi….J’ai donc probablement omis des raisons d’indignation bien plus importantes et été influencée par les nouvelles et le vécu du jour mais j’ai joué le jeu.

  1. Que Brice Hortefeux, deux fois condamné, notamment pour propos racistes et qui est en outre intervenu pour soutenir des policiers délinquants alors même qu’il passe sa vie à vociférer contre les « voyous », soit encore ministre !
  2. Que, partout dans Paris, on voie des hommes, des femmes, des enfants, installés sur des cartons, réclamant à manger, dormant dans le froid glacial. L’actuel président n’avait-il pas promis : « Je veux si je suis élu président de la République que d'ici à deux ans plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir et d'y mourir de froid. » ?
3. Que, dans ma ville, le maire fasse passer un arrêté anti-mendicité pour que les SDF ne perturbent pas « ceux qui ont décidé d’avoir un mode de vie plus traditionnel ». Et cela afin de « protéger l’esprit de Noël » !4. Que l’hôtel de la Marine, entièrement classé monument historique, « un des neuf lieux insignes de la représentation de la Nation et de l’Etat », soit mis en location par l’Etat et quasiment promis au duo Donnedieu de Vabre/Allard pour en faire des chambres d’hôtes pour mécènes de luxe. Que, plus généralement, l’Etat privatise à tour de bras le patrimoine de tous les Français.5. Que, le dimanche, le jour de Noël, le premier janvier et tous les jours fériés que compte l’année le G 20 près de chez moi soit ouvert en continu. Qui se soucie des problèmes de garde d’enfants des caissières ? 6. Qu’un ministre français se refuse à condamner la loi muselant la presse en Hongrie au prétexte que cela ne pourrait « que braquer les gens » ! 7. Que le Président de mon pays nomme les dirigeants des principaux médias audiovisuels.8. Que ce Président qui représente la France emploie une syntaxe qui me fait honte et ait un comportement qui déconsidère notre pays.9. Qu’on ait supprimé la formation des enseignants, laissant ainsi entendre que c’est bien le seul métier qu’on n’a pas besoin d’apprendre. 10. Que, depuis quatre ans, on supprime chaque année 15 à 16 000 postes d’enseignants alors que tout le monde s’accorde pour dire que l’enjeu essentiel pour le futur est l’éducation.11. Que la novlangue soit de rigueur à l’Elysée et à la cour et que notamment « régression des acquis sociaux » s’y dise « réforme ». 12. Que, pour ceux qui nous gouvernent, dire « j’assume » vaille absolution.13. Que les transports en commun de Paris et de sa banlieue soient dans un état de crasse repoussant, ce qui rend encore plus pénibles les éternels retards, pannes ….Ce qui revient à m’indigner de l’abandon volontaire des services publics par nos gouvernants. 14. Que chaque fois que le Président se déplace, les lieux où il se rend soient transformés en camp retranché. 15. Que l’on puisse revendiquer comme objectif politique de « détruire les acquis de la Résistance » sans être aussitôt discrédité.16. Qu’il existe des micro-partis fantoches financés par l’Etat.17. Que la France au 35ème rang des pays du Conseil de l’Europe en 2008 pour le budget public annuel total alloué au système judiciaire (tribunaux, ministère public et aide juridictionnelle) ait encore reculé de deux places et soit en 2010 classé 37è sur 43 pays. 18. Que le chef de l’Etat, censé rassembler, passe son temps à monter les habitants de ce pays les uns contre les autres et à l’occasion contre les étrangers les plus démunis. 19. Qu’on prétende fermer l’hôpital Trousseau au prétexte fallacieux que deux hôpitaux pédiatriques en région parisienne c’est déjà bien assez coûteux. 20. Qu’Eric Woerth n’ait consacré que « six ou sept minutes » à la vente de l’hippodrome de Compiègne, il en aurait passé dix il aurait appliqué la loi qui interdit de vendre la forêt domaniale. 21. Que mon bureau de poste soit transformé en point de vente de gadgets dont les employés ont pour consigne de m’inciter à consommer.22. Que « faire du fric » soit la valeur de référence au sommet de l’Etat. 23. Que le ministère de la Culture en soit arrivé à énoncer de façon officielle : « le véritable obstacle à une politique de démocratisation culturelle, c’est la culture elle-même. ». Faut-il alors interdire la culture? 24. Qu’on ait supprimé le poste de défenseur des enfants.25. Que le titre d’ancien ministre de Sarkozy suffise pour être promu ambassadeur ou inspecteur général.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.