salluste
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Inside Banking

Suivi par 29 abonnés

Billet de blog 7 oct. 2008

A propos de l'économie américaine entre 2003-2006

La situation actuelle est devenue instable et imprévisible, aucun scénario ne semble beaucoup plus crédible qu'un autre, raison de plus pour retourner vers le passé.

salluste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La situation actuelle est devenue instable et imprévisible, aucun scénario ne semble beaucoup plus crédible qu'un autre, raison de plus pour retourner vers le passé.

Ici un papier que j'ai écrit au début de l'année et qui traduisait mes impressions du moment.

La disjonction entre la politique de la FED et de la BCE, qui génère tant de commentaires aujourd'hui, n'est pas récente. Elle remonte selon nous à 2001, lorsque Greenspan a entamé la première glissade folle des taux d'intérêts. Ce découplage ne doit rien à une quelconque apathie de la BCE et à l'opportunisme supposé de la FED, il repose surl'affaiblissement structurel de l'économie américaine qui s'est accéléré à partir de 2001. A notre sens, les deux institutions ont à faire à deux situations économiques très différentes : à la quasi stagnation européenne, on peut opposer un déclin prononcé de l'Amérique sur la période.

L'administration Bush a usé de tous les leviers à sa disposition pour cacher le mistigri en reproduisant les « recettes » de l'administration Reagan qui étaient déjà à l'origine d'une explosion grotesque de la dette de l'État américain en pratiquant des baisses d'impôts clientélistes à crédit. Entre 2002 et 2004 l’activité économique américaine a été stimulée de toutes les façons possibles. Le budget est passé d’un excédent à un déficit. La baisse des taux d'intérêts de presque 5% a déclenché une explosion de l'investissement des ménages dans l'immobilier qui a vu celui-ci passer de 446 milliards en 2000 à 764,8 en 2006.

Mais ce cocktail très épicé n'a pas fonctionné. Sur la période, on peut relever plusieurs indices troublants qui contredisent la thèse d'une « recovery » à partir de 2003 :

  • La dette des ménages a augmenté de 67% en 7 ans, passant à presque 12 000 milliards de dollars. Les ménages ne se sont pas endettés que pour se loger mais aussi pour consommer. Les taux anémiés ont provoqué une désépargne massive, les USA sont aujourd’hui le seul grand pays au monde à avoir un taux d'épargne négatif.
  • Certains paramètres de l'activité économiques témoignent crument de la « crise » : la production d’électricité a progressé à un rythme inférieur à celui de la population. En France un tel phénomène ne s'est produit qu'en 2006.
  • Le taux d’Américains propriétaires de leur maison, qui a atteint un sommet historique en 2004, baisse sans discontinuer depuis 3 ans, passant de 69.2% à 67.8%. Le phénomène est d'autant plus troublant que la construction de logements collectifs est au point mort depuis 20 ans, où vont ils ? Si on consulte les tables historiques le taux se détériore seulement lors des périodes de crise. J'ajoute que le coût du programme des bons alimentaires n'a pas cessé de s'alourdir plus rapidement que la croissance du PIB.
  • Le taux d'équipement en téléphonie mobile a pris un retard croissant sur celui que l'on peut observer en Europe. Le dynamisme des géants américains sur ce marché tient plus du rattrapage que d'autre chose.
  • Le secteur d'activité le plus créateur d'emploi, avec le BTP qui est en train de s'effondrer, a été celui de la santé. Il s'agit d'une dépense contrainte qui pèse directement sur les déficits publics et l'épargne privée. Presque tous les autres postes du marché du travail ont traîné la patte, même le secteur de la technologie est resté sinistré.

Certains diraient qu'il faut y voir l'émergence d'une « société de services », nous pensons pour notre part qu'aucun consommateur digne de ce nom ne commence à consommer ces fameux « services » avant d'avoir satisfait ses besoins de base: logement, communication, électricité. L'émergence de la société industrielle n'a pas entraîné une baisse de la production agricole et de la consommation sous-jacente, au contraire. Que l'activité industrielle voit son poids se réduire en valeur dans une économie post-industrielle est logique. En revanche ce qui ne l'est pas est que la production baisse en volume. Enfin nous devons signaler que le taux d'investissement hors logement ne s'est jamais remis de sa dégringolade de 2001, restant à un taux anémique de 10%. A notre sens le taux de chômage invoqué de façon récurrente pour justifier de la bonne santé US ne tient qu'à l'organisation interne du marché du travail. Il ne détermine plus que marginalement la capacité de l'économie à générer les biens et services qui sont, contrairement au travail, le seul enjeu invariable de l'activité économique contemporaine.

Ces données, couplées à l'explosion du déficit commercial sur la période,incitent à penser que les États-Unis sont entrés dans une dépression extrêmement grave dont la crise financière actuelle n'est qu'une manifestation tardive. A notre sens il ne s'agit pas d'une crise de liquidité mais de solvabilité. La progression du PIB sur la période doit tellement à l'endettement et à l'inflation que l'on peut se demander s'il ne s'agit pas purement et simplement d'une baudruche statistique qui n'attend que le moment de se dégonfler.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Écologie
En Isère, dans les bottes de la police de l’eau
Dans le département de l’Isère, une vingtaine d’agents sont chargés de réaliser les contrôles pendant les périodes de sécheresse. Arme à la ceinture, mais en privilégiant la prévention à la verbalisation.
par Maïté Darnault et Mathieu Périsse (WeReport)
Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième mégafeu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal — Amérique du Nord
La républicaine Liz Cheney battue à la primaire par une pro-Trump
La vice-présidente républicaine de la commission d’enquête sur les événements du 6 janvier 2021 paie son opposition à l’ancien président. Ce dernier a soutenu sa rivale, l’avocate Harriet Hageman, qui a remporté mardi la primaire dans le Wyoming.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis