50 milliards de dollars d'escroquerie à Wall Street et le plus grand délit d'initiés de tous les temps

Record battu.50 milliards de dollars, c’est le montant présumé des pertes que Bernard Madoff, ancien patron du Nasdaq devenu l’un des conseillers en investissements les plus connus de Wall Street. 25 clients floués peuvent tirer un trait sur leurs investissements.

Record battu.

50 milliards de dollars, c’est le montant présumé des pertes que Bernard Madoff, ancien patron du Nasdaq devenu l’un des conseillers en investissements les plus connus de Wall Street. 25 clients floués peuvent tirer un trait sur leurs investissements. Parmi eux, la banque espagnole Santander qui aurait laissé 3 milliards dans cette affaire. Par chance, elle a pris les devants contre toutes attentes pour se recapitaliser en novembre, comme par hasard. BNP Paribas dont n’a pas encore dévoilé ce dimanche, le montant de ses pertes qui datent probablement d'octobre elles- aussi. On se souvient que fin octobre, des rumeurs courraient déjà sur un "trou" de 2,2 milliards d'euros qui nécessiterait un renforcement des fonds propres. On se souvient aussi que c'est à ce moment que l'Etat a accepté de mettre 10,2 milliards sur la table pour renforcer le haut de bilan des banques françaises. Le moins qu'on puisse dire c'est que ça tombait à pic parce que dans le cas contraire, la BNP aurait été très mal. Beaucoup de coïncidences donc dans cette histoire. Plus clairement, on peut penser qu'il y a un moment que les protagonistes étaient au courant et qu'ils ont pu sauver leur mise en Bourse.

Aux Etats-Unis, General Motors et Chrysler qui n’ont pas besoin de cette nouvelle catastrophe seraient aussi touchés. Là encore, on voit un lien entre leur déconfiture et cette escroquerie géante.

 

On découvrira probablement en effet, si on veut se pencher sur la question que parallèlement à cette escroquerie, s'est déroulée le plus grand délit d'initié de la planète. Ce qui se passe depuis fin octobre, y ressemble bien. Il y a les initiés qui avaient probablement connaissance de ce trou gigantesque et de son impact sur les titres cotés ( voyez l'effondrement des titres BNP, Société Générale, General Motors ou Citibank) et qui ont retiré leurs billes. Et les autres : vous, moi qui naïvement y ont vu un nouvel essor de la crise.

Tout cela pour conclure, qu'il va falloir descendre dans la rue pour que tout cela change et mettre quelques têtes au bout d'un pic. Je ne vois pas d'autres solutions, l'affaire Kerviel n'a servi à rien. La finance mondiale est devenue un dragon aux multiples têtes et il faut en finir avec cette bête qui est en train de tout anéantir, croyez-moi. La reréglementation n'est qu'un gentil somnifère qui ne servira à rien sur un tel monstre !

Dans l'immédiat : une tête à couper très vite : Jouyet. Fraîchement nommé à la tête de l'AMF, il ose soutenir qu'il ne sait rien de cette affaire ! Soit il est totalement nul et un président de l'AMF aussi nul ça ne nous protégera pas. Soit, il débute son mandat à l'AMF par le plus gros mensonge que je n'ai jamais entendu. Dans ce cas, il n'a rien à faire à la tête de l'AMF dont le rôle est de protéger l'intérêt des épargnants. A virer d'urgence !

Malgré cette escroquerie hors norme, à 70 ans, Madoff est toujours libre puisqu’on a versé pour lui une caution de 10 millions de dollars. Il risque une amende de seulement 5 millions de dollars.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.