L'AMusée

L'AMusée est un musée inversé : c'est à l'extérieur de ce lieu, et « jusqu'aux confins de l'univers » que se trouve l'art. Inauguré puis détruit dans sa première version sur la ZAD de Gonesse en février 2021, il a pour vocation de rendre visible et de défendre un autre rapport à l'art.

L'AMusée #1 ZAD de Gonesse L'AMusée #1 ZAD de Gonesse

L'AMusée est un musée inversé : c'est à l'extérieur de ce lieu (une étroite cabine qui ne contient qu'une chaise) et "jusqu'aux confins de l'univers" (comme l'explique une inscription à l'intérieur) que se trouve l'art - un art contenu dans les mille replis et reflets du monde travaillé y compris par le désir humain et inhumain, et dont on peut admirer quelques unes des œuvres exposées (et nécessairement éphémères) par les 3 ouvertures pratiquées dans les murs.

  Créé le Dimanche 21 février 2021 sur la ZAD de Gonesse, sous la forme d'une cabane en palettes et carton cousu correspondant à l'esthétique et aux ressources du lieu, l'AMusée a pour vocation de rendre visible et de défendre un autre rapport aux pratiques artistiques.

  Sur la ZAD, nous avons chacun.e été tour à tour poète, architecte, musicien.ne, peintre, comédien.ne… Inventeur.euse.s de ses modes d'expression, impliqué.e.s dans des créations personnelles imbriquées et reprises dans une œuvre collective qui évoluait au gré des arrivages de matériaux et de l'inspiration. C'était bien ainsi, et l'occasion était belle, pour qui avait déjà travaillé ailleurs à remettre à l'ordre du jour un tel mode d'organisation collective proprement anarchiste, de manifester ainsi, à travers une cahute conceptuelle faite de bric et de broc les bénéfices attendus d'un dynamitage de la caste des artistes en tant qu'elle s'oppose à celleux qui ne le seraient pas, et se rend complice de fait de la spoliation au profit de quelques un.e.s de moyens d'expression (temps et matériaux) et de diffusion qui ne peuvent raisonnablement se concevoir que partagés.

L'AMusée #1 ZAD de Gonesse L'AMusée #1 ZAD de Gonesse

« Nous l'affirmons ici depuis la ZAD de Gonesse, il n'y a plus désormais au monde qu'un.e seul.e personne qui soit réduite à la position de spectateur de l'œuvre des autres : l'unique visiteur.e de l'AMusée. Et il ne tient qu'à elle de se lever de la chaise, et, quittant les lieux, rejoindre l'œuvre en cours et en devenir à son tour acteur/trice… »

«En participant à cette interminable file d'attente fictive typique des grands Musées, nous accomplissons un acte politique : celui de sortir de la représentation, et de signifier notre volonté de reprendre le contrôle de nos vies !» (Extraits de la Déclaration inaugurale)

Vraie fausse file d'attente, performance collective sur la Zad de Gonesse Vraie fausse file d'attente, performance collective sur la Zad de Gonesse

 Inaugurée sur la pampa de la ZAD le Dimanche 21 février, cette première version sera détruite le Mardi 23 février 2021 par les engins des gendarmes et les services techniques de la ville de Gonesse dans la foulée de l'évacuation survenue après 17 jours d'occupation. Peu importe, son statut d'oeuvre éphémère ayant été acté précédemment sous la forme du dialogue suivant :

- Y'a le ballon de foot qui va tomber sur l'AMusée, il est vachement près des buts, non ? 

- Pas grave, de toutes façons il finira sûrement en affût pour surveiller les flics. L'art, c'est toujours éphémère. 

A noter qu'il fut le premier (et à ce jour le seul) musée français ouvert en période de Covid, dans le plus parfait respect des consignes sanitaires, puisqu'il ne recevait qu'un seul visiteur à la fois, et se trouvait parfaitement aéré.  

Très rapidement après son inauguration, l'AMusée N°1 se changera d'ailleurs en studio-télé accueillant le tournage d'un communiqué du média indépendant des Zadistes, qui n'hésiteront pas à le transformer pour l'occasion, ces sagouins.   

Captures d'écran de la TéléZAD Captures d'écran de la TéléZAD

L'artiste de Street-art Morèje, alors de passage en soutien, avait exécuté et déposé un peu plus tôt devant l'AMusée le moulage d'un bas relief de semeurs, lui aussi éphémère, réalisé en terre de la ZAD (voir ci-dessous la capture photo faite par sa complice vidéaste Vitalia, artiviste elle aussi et blessée par un tir de LBD.).  

Photo de la performance de Morèje © Vitalia Photo de la performance de Morèje © Vitalia

Une seconde version de tissu et bambou verra fugitivement le jour Place Stalingrad à Paris le 27 février suivant, lors d'une manifestation de soutien au Collectif pour le Triangle de Gonesse et à la ZAD évacuée.

 Dans cette seconde édition, déjà, une variation de taille : à l'initiative de l'une des jeunes co-créatrices présentes, une ouverture plus basse, "pour que les enfants puissent voir aussi". Ouverture qui, les adultes pouvant y voir aussi, mais autre chose, rend sensible immédiatement la question du point de vue, et l'importance capitale de se déplacer, même légèrement, pour comprendre celui de l'autre.

 Voilà ce qui arrive quand on associe n'importe qui à un processus créateur : il s'enrichit.

Par l'une des fenêtres de l'AMusée 2ème édition Place Stalingrad à Paris Par l'une des fenêtres de l'AMusée 2ème édition Place Stalingrad à Paris

  Ainsi fut actée la double nature de l'AMusée, à la fois 

- unique dans chacune de ses actualisations, parce que jamais séparable de son contexte, éphémère et amoureusement offerte à toutes les marques du temps et de l'action collective, y compris la dégradation et la mort, qui sont parties intégrante et inaliénable de la vie

- transcendantale et indestructible en tant que pur effet de sens. 

Depuis, le monde attend son prochain AMusée : dans quels matériau, et quel lieu renaîtra-t-il, peu importe, l'essentiel étant dans une perspective émancipatoire qu'il se trouve presque toujours UN AMusée quelque part, toute autre configuration impliquant :

- s'il n'y a pas d'AMusée actuellement actif : la régression à l'état antérieur de l'art, à savoir dans nombre de sociétés contemporaines, que ses moyens de production et de diffusion sont accaparés par quelques un.e.s, les autres étant réduit.e.s à la position de spectateurs/trices,

- s'il y a plusieurs AMusée, la multiplication d'autant de ladite position de spectateur/trice - ce qui n'est pas l'effet visé. 

  C'est pourquoi nous recommandons à tout.e futur.e inventeur.e de futures versions d'en signaler haut et fort l'existence et d'en partager les effets en diffusant (pourquoi pas ici même) les traces (plans, photos, textes..) et, bien sûr, toute variation qui ne manquera pas d'advenir...

Signé LES CREATURES MANIFESTES DU GRAND DEHORS 

Oeuvres de l'AMusée #1 ZAD de Gonesse Oeuvres de l'AMusée #1 ZAD de Gonesse

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.