Billet de blog 2 juil. 2010

Sivas : Les plaies du massacre des alévis de 1993 sont toujours ouvertes

Le 2 juillet 1993, 37 personnes périssent dans l'incendie de l'hôtel Madimak de Sivas déclenché par une manifestation d'extrémistes aux allures de pogrom anti-alévis. 17 ans plus tard, les alévis sont massivement partis de la ville, ceux qui restent sont victimes de discriminations.

Clément Girardot
Journaliste basé à Istanbul
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 2 juillet 1993, 37 personnes périssent dans l'incendie de l'hôtel Madimak de Sivas déclenché par une manifestation d'extrémistes aux allures de pogrom anti-alévis. 17 ans plus tard, les alévis sont massivement partis de la ville, ceux qui restent sont victimes de discriminations.

Cette année, pour la première fois, un membre du gouvernement a assisté aux commémorations du massacre de Sivas où se sont rendus des milliers de personnes. « La douleur de Madimak est celle du pays tout entier », a déclaré le ministre d'État Faruk Çelik d'après le journal Hürriyet Daily News. Cependant, derrière les belles paroles des officiels la situation locale est toujours tendue et toute la lumière est loin d'avoir été faite sur les orchestrateurs du massacre.

Situé dans le centre de Sivas, un gros bourg provincial de 300 000 habitants à 350km à l'Est d'Ankara, l'hôtel Madimak est devenu le symbole des persécutions de la communauté alévie et de sa lutte pour une reconnaissance officielle ainsi que l'égalité de traitement avec la majorité sunnite dont le culte est totalement financé par l'État.

Début juillet 1993, l'association alévie Pir Sultan Abdal organise son festival pour la deuxième fois depuis le coup d'État de 1980 qui avait banni de nombreux rassemblements culturels. Hidayet Yildirim, membre du comité d'organisation, est présent sur les lieux lorsque la tension monte : « À la sortie de la prière du vendredi, ils nous ont dit : « Vous dérangez les musulmans (sunnites, ndrl.) dans leur propre quartier ». Un groupe s'est rassemblé pour protester contre notre festival qui se déroulait pas loin de la mosquée. »

Alors que la foule devient de plus en plus grosse et menaçante, les organisateurs évacuent la plupart des participants vers les quartiers alévis et certains prennent refuge dans l'hôtel Madimak. Au cours de l'après-midi, la manifestation se radicalise, des slogans hostiles à la République sont scandés. La police et l'armée n'interviennent toujours pas quand des milliers de personnes se sont rassemblées devant l'hôtel. Des voitures sont brûlées et le feu se propage au bâtiment. « La foule a voulu empêcher l'arrivée des pompiers », raconte avec émotion Hidayet Yildirim. Ceux qui n'ont pas pu s'enfuir sont morts asphyxiés dans le brasier. Le bilan de cette tragique journée s'élève à 37 morts, 33 alévis dont de nombreux jeunes et des intellectuels, deux employés de l'hôtel et deux personnes se trouvant à l'extérieur. « L'État est responsable du massacre, s'insurge Hidayet Yildirim, il n'a rien fait, l'hôtel a brûlé pendant 8h30 ! »

L'alévisme, une pensée humaniste

L'alévisme est une branche hétérodoxe de l'Islam, pas vraiment une religion à proprement parler. Il rassemblerait 15 à 25% de la population turque. Théologiquement plus proche du chiisme, l'alévisme turc se distingue par ses emprunts au chamanisme et à d'autres croyances pré-islamiques. Sa philosophie se veut proche du peuple, humaniste, égalitaire et tolérante. Dans la pratique, les alévis ne fréquentent pas les mosquées mais leur propre lieu de culte (Cem Evi) où les femmes prient aux côtés des hommes; ils ne font pas le ramadan ni n'observent l'interdiction de l'alcool.

Les événements de Madimak s'inscrivent dans la longue liste des agressions visant les alévis dont les plus récentes sont : le massacre de Karamanmaras en 1978, le massacre de Çorum en 1980 et les émeutes de Gaziosmanpasa à Istanbul en 1995. « Les pressions contre les alévis ne sont pas nouvelles, affirme Cahit Albayrak, responsable local de l'association alévie Haci Bektas Veli, elles existaient déjà pendant l'Empire Ottoman. C'est pour fuir les persécutions que les alévis se sont installés dans les montagnes du Centre-Est de l'Anatolie, continue-t-il. L'identité politique de gauche des alévis est liée aux répressions. »

Conséquence des évènements de Madimak, les alévis de Sivas ont massivement migré vers les grandes villes de l'Ouest pour fuir un climat délétère. « Les alévis ont été remplacés par des islamistes ou des fascistes, s'inquiète Cahit Albayrak. Il y a un processus d'assimilation de la région, certains se convertissent même au sunnisme pour être plus à l'aise ».

Musée ou bibliothèque ?

La pression sociale est particulièrement forte sur les femmes alévies qui sont généralement plus émancipées et ne portent pas de voile : « Au bout d'un moment, vous pensez que vous devez vous intégrer et vous commencez à faire attention à votre comportement, regrette Nevim Ayan la bénévole de l'association Haci Bektas Veli. Par exemple, les filles ne peuvent pas se balader seules le soir à Sivas. »

D'après Hidayet Yildirim, de manière insidieuse, les alévis sont poussés à émigrer en raison des discriminations : « Il est beaucoup plus difficile de trouver un travail et les conditions de vie dans les villages alévis sont mauvaises ». De plus, le maire actuel de la ville est issu d'un parti d'extrême-droite nationaliste et islamiste, ce qui ne contribue pas à l'amélioration de la situation.

Suite au massacre de 1993, les alévis se sont organisés au niveau national et européen et chaque 2 juillet des commémorations ont lieu dans de nombreuses villes. Leur cheval de bataille est la fermeture de l'hôtel Madimak dont la reconstruction avait été financée par l'État.

Dans sa stratégie d'ouverture envers les minorités, le gouvernement de l'AKP (conservateur) s'est réuni avec les associations alévies mais aucun consensus n'a été trouvé concernant le futur de l'hôtel. Pir Sultan Abdal et Haci Bektas Veli militent pour sa transformation en un musée alors que le gouvernement et la fondation alévie CEM (plus proche de l'État) sont favorables à une bibliothèque. « Ce n'est pas assez, rétorque Hidayet Yildirim, nous manifesterons jusqu'à la création d'un musée. »

D'après les dernières nouvelles, le propriétaire de l'hôtel, qui accueille toujours des clients, sera très prochainement exproprié et dédommagé. Quant au devenir du bâtiment, il semble incertain pour l'instant, sera-t-il démoli ou non, transformé en bibliothèque, en musée ou autre ?

Café où se rendent les hommes alévis de Sivas pour discuter et jouer aux cartes.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran