Billet de blog 25 sept. 2009

Denis Gezmiş : le révolutionnaire qui hante la Turquie

Exécuté voici 35 ans, le héros des années 68 en Turquie a conservé une influence considérable sur la gauche turque.

Clément Girardot
Journaliste basé à Istanbul
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Exécuté voici 35 ans, le héros des années 68 en Turquie a conservé une influence considérable sur la gauche turque.

« Qui est mort en fait ? Deniz Gezmiş, Hüseyin Inan et Yusuf Aslan sont vivants ! », affirme la banderole brandie le 6 mai dernier par les militants présents aux commémorations de l'exécution de Deniz Gezmiş et des ses deux camarades de l'Armée de Libération du Peuple Turc (Türkiye Halk Kurtuluş Ordusu, THKO) condamnés à mort en 1971 pour : « tentative de renversement de l'ordre constitutionnel » et pendus le 6 mai 1972.
« Ce qui est important ce n'est pas d'avoir une vie longue mais une vie bien remplie. C'est pourquoi ça m'est égal de partir tôt. De plus, mes amis qui sont partis avant moi n'ont jamais hésité devant la mort. Sois-en sûr, moi non plus; ton fils n'est ni faible ni impuissant face à la mort. Il a choisi sa voix en connaissance de cause et il savait que cela se finirait ainsi. »
Dans la lettre d'adieu à son père, Deniz Gezmiş reste fidèle à l'image de révolutionnaire intransigeant prêt à se sacrifier qu'il avait construit et sur laquelle se fonde sa légende. Dans les documents d'époque, sa détermination et sa maîtrise de soi lui donnent une aura quasi inhumaine. Rien ne transparaît de ses émotions ou de ses faiblesses sur son visage, si ce n'est une rage profonde.
Ils sont encore nombreux : jeunes et anciens gauchistes, membres du parti d'opposition CHP (kémaliste) et des multiples groupuscules d'extrême-gauche, militants des droits de l'Homme et syndicalistes, à manifester chaque année en mémoire des trois martyrs des années 68 turques.
Les mouvements étudiants et syndicalistes sont particulièrement puissants dans les années 60 et 70 en Turquie. Une contestation qui sera très durement réprimée à la suite des coups d'État de 1971 et 1980. L'agitation politique fait certes place à l'ordre militaire mais aussi au refoulement collectif. Ce n'est que depuis une dizaine d'années que ce passé trouble refait surface dans le débat public.
Le Che turc
Parmi tous les acteurs de la gauche révolutionnaire, la figure de Deniz Gezmiş s'impose sans conteste et son martyr a engendré un véritable culte de la personnalité. Pendu à 25 ans, il avait derrière lui six années d'activisme incessant et de multiples arrestations. Sa photo est souvent accolée à celle du Che, tant il semble incarner en tous points l'archétype du révolutionnaire romantique.
De sa première interpellation en 1966, à l'occupation de l'Université d'Istanbul en 1968 et à la création du mouvement de lutte armé THKO, son courage et son charisme font de lui le leader de toute une génération influencée par Atatürk, Marx, Lénine et le Che.
« Turquie indépendante », « À bas l'impérialisme », tels sont les slogans les plus populaires de l'époque. Deniz Gezmiş et ses camarades appelaient à lutter contre le gouvernement « fasciste » et « l'impérialisme » en menant une deuxième guerre de libération nationale, à l'image de celle dirigée par Atatürk entre 1919 et 1923.
Principale cible : les État-Unis. L'anti-américanisme est particulièrement virulent alors que Washington est embourbé au Vietnam et soutient Israël. De 1967 à 1969, les manifestations se succèdent à Istanbul pour lutter contre l'arrivée de la 6ème flotte de l'U.S. Navy. Les marins sont malmenés par des groupes de jeunes qui les jettent dans le Bosphore. À leur tête : Deniz Gezmiş, qui devient la bête noire du gouvernement conservateur de Süleyman Demirel. Il est traqué et s'enfuit plusieurs mois en Jordanie dans un camp d'entraînement de l'OLP.
Le symbole de la lutte contre l'oppression
À son retour, il est rapidement arrêté et passe neuf mois en prison. C'est à ce moment qu'il effectue un virage politique, délaissant les mouvements étudiants pour la lutte armée clandestine.
En 1971, le braquage d'une banque et l'enlèvement de quatre soldats américains par le THKO font de Deniz Gezmiş un héros populaire. Les otages sont rapidement libérés. Pour l'État et une partie de l'opinion publique c'est un terroriste « anarchiste ». Le 12 mars, les militaires prennent le pouvoir sans violence pour restaurer l'ordre, il est l'homme à abattre. Quatre jours plus tard, il est arrêté et emprisonné, puis jugé et condamné à la peine capitale le 9 octobre 1971. Il n'a pourtant commis aucun meurtre.
Symbole de la contestation des années 68, son aura est toujours intacte. Son portrait orne régulièrement les affiches politiques. Son prénom, très populaire dans les années 70 et 80, est rentré dans le langage courant pour désigner les trois militants exécutés le 6 mai 1972 (Denizler-les Deniz). Sa célèbre photo en parka s'expose sur les murs d'Istanbul et est devenue une icône pop pour ados rebelles. Des milliers de clips lui sont dédiés sur You Tube. Son destin hors du commun a inspiré de nombreux livres, quelques films et une série à succès, diffusée entre 2006 et 2008, qui a fait découvrir aux jeunes cette période trouble dont l'évocation est longtemps restée tabou.
Un héritage controversé
Bientôt 40 ans après sa mort, son âme n'est pas prête de reposer en paix. Sa mémoire et son héritage politique sont controversés et sujets à de nombreuses récupérations.
À gauche, l'invocation rituelle de l'activiste, pour autant piètre théoricien et stratège, semble traduire une profonde nostalgie et une déshérence idéologique. Toujours divisée en multiples groupuscules, l'extrême-gauche turque est orpheline d'un leader et d'une cause qui pourraient lui redonner le poids politique d'antan.
Pour les réformistes libéraux et l'AKP (Parti de la Justice et du Développement, islamiste modéré), il est la digne incarnation de la pensée soixante-huitarde turque : un kémalisme obtus mâtiné de marxisme, d'une certaine gauche turque plus prompte à soutenir un coup d'État militaire que les réformes démocratiques. Deniz Gezmiş et ses camarades sont aussi accusés d'avoir fait le lit d'une gauche nationaliste avide d'éradiquer les ennemis intérieurs et extérieurs de la nation turque, dont l'anti-impérialisme frise avec la xénophobie.
Plusieurs anciens gauchistes et le leader du Parti des Ouvriers (İşçi Partisi) sont actuellement dans le collimateur de la justice pour l'affaire Ergenekon, une organisation secrète ultra-nationaliste qui aurait planifié de déstabiliser le gouvernement AKP. Plus de cent personnes ont déjà été arrêtées et interrogées, dont d'anciens militaires, des responsables des médias, de l'économie et de la politique. Ergenekon fait la une des médias depuis deux ans. C'est l'« affaire du siècle » mais toutes les responsabilités sont loin d'être établies.
Pour d'autres commentateurs, Deniz Gezmiş aurait été manipulé par les militaires pour créer un climat propice au coup d'État. Selon un ancien agent double américain, le THKO aurait été infiltré à la fois par la CIA et les services secrets turcs.
Dans un pays où l'Histoire est encore souvent l'Histoire officielle, la mémoire de Deniz Gezmiş continuera sûrement à être l'objet de manipulations. Un débat passionné et idéologique, à l'image d'une société fragmentée qui tente difficilement de se confronter à un passé douloureux. Reste le mythe.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau