RADIOACTIVITE – Les eaux souterraines de Fukushima contaminées

http://www.enviro2b.com/2013/06/05/radioactivite-les-eaux-souterraines-de-fukushima-contaminees/

Tepco, enième entreprise criminelle sociopathe, annonce officièlement qu'elle a truqué les analyses précédantes des sols à Fukushima et qu'elle est responsable, (avec Areva, l'AIEA, l'OMS, les Etats, etc,) pour la contamination des sols de Fukushima (et aussi du vivant, des habitant.e.s, de la mer, etc). Sources : enviro2b et tempsreel.nouvelobs

Voyez plutôt : Annonce officielle de Tepco donc...

C’est ce que l’on pouvait craindre après la suite d’incidents qui se sont produits depuis le 11 mars 2011 dans la centrale nucléaire japonaise de Fukushima. Des opérateurs de Tepco ont reconnu avoir détecté du césium radioactif dans les eaux souterraines aux abords de la centrales.

Tepco en a fait l’annonce officielle. Du césium radioactif a donc été détecté dans les eaux souterraines aux abords de la centrale de Fukushima. Depuis plusieurs semaines déjà, Tepco peinait à maitriser d’importantes fuites d’eau radioactives, ainsi que des coupures de courant. Et pourtant, l’opérateur continuait d’affirmer que la contamination restait très faible et que les eaux souterraines pouvaient sans danger être déversées dans la mer.

Interrogée par l’agence Reuters, une porte-parole de Tepco reconnaissait hier que les analyses effectuées par sa société avaient été faussées par la procédure de contrôle utilisée, ne prenant pas en compte les radiations provenant de la centrale endommagée. “Nous allons devoir revoir notre technique d’analyse des échantillons“, ajoutait-elle.”Une fois de plus, ils ont raté quelque chose dont ils auraient dû avoir conscience“, commentait alors Atsushi Kasai, un ancien chercheur en protection contre les radiations à l’Institut japonais de recherche en énergie atomique.

et maintenant le deuxième communiqué de l'agence reuters ...

De la radioactivité dans les eaux souterraines à Fukushima


TOKYO (Reuters) - Après avoir jugé le phénomène négligeable, Tokyo Electric Power (Tepco) a reconnu mardi avoir détecté du césium radioactif dans les eaux souterraines se jetant dans sa centrale de Fukushima, théâtre en 2011 du plus grave accident nucléaire depuis Tchernobyl en 1986.

L'annonce tardive faite par la société est significative de sa propension à minimiser dans un premier temps un problème, avant d'en reconnaître la réalité.

"Une fois de plus, ils ont raté quelque chose dont ils auraient dû avoir conscience", a jugé Atsushi Kasai, ancien chercheur en protection contre les radiations à l'Institut japonais de recherche en énergie atomique.

Plus de deux ans après la catastrophe, Tepco est confronté depuis plusieurs semaines à des fuites d'eau radioactive et à des coupures de courant. La société s'est efforcée de convaincre les autorités locales et les pêcheurs que le niveau de contamination était faible et que les eaux souterraines pouvaient sans danger être déversées dans la mer.

Le 30 mai, Tepco a assuré que la quantité de césium, un élément chimique issu des déchets nucléaires qui est présent dans les eaux, était trop faible pour être détectée.

Mais les analyses ont été faussées par la procédure de contrôle utilisée, qui n'a pas pris en compte les radiations provenant de la centrale endommagée, a expliqué mardi à Reuters une porte-parole de Tepco. "Nous allons devoir revoir notre technique d'analyse des échantillons", a ajouté Mayumi Yoshida.

La catastrophe survenue le 11 mars 2011 à la centrale de Fukushima-Daiichi a été provoquée par un tsunami exceptionnel consécutif à un séisme de forte magnitude. Les travaux de démantèlement de la centrale devraient s'échelonner sur plusieurs décennies.

Risa Maeda, Pascal Liétout pour le service français, édité par Gilles Trequesser

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.