Lien 5 juin 2013

RADIOACTIVITE – Les eaux souterraines de Fukushima contaminées

Bob 92 Zinn
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

http://www.enviro2b.com/2013/06/05/radioactivite-les-eaux-souterraines-de-fukushima-contaminees/

Tepco, enième entreprise criminelle sociopathe, annonce officièlement qu'elle a truqué les analyses précédantes des sols à Fukushima et qu'elle est responsable, (avec Areva, l'AIEA, l'OMS, les Etats, etc,) pour la contamination des sols de Fukushima (et aussi du vivant, des habitant.e.s, de la mer, etc). Sources : enviro2b et tempsreel.nouvelobs

Voyez plutôt : Annonce officielle de Tepco donc...

C’est ce que l’on pouvait craindre après la suite d’incidents qui se sont produits depuis le 11 mars 2011 dans la centrale nucléaire japonaise de Fukushima. Des opérateurs de Tepco ont reconnu avoir détecté du césium radioactif dans les eaux souterraines aux abords de la centrales.

Tepco en a fait l’annonce officielle. Du césium radioactif a donc été détecté dans les eaux souterraines aux abords de la centrale de Fukushima. Depuis plusieurs semaines déjà, Tepco peinait à maitriser d’importantes fuites d’eau radioactives, ainsi que des coupures de courant. Et pourtant, l’opérateur continuait d’affirmer que la contamination restait très faible et que les eaux souterraines pouvaient sans danger être déversées dans la mer.

Interrogée par l’agence Reuters, une porte-parole de Tepco reconnaissait hier que les analyses effectuées par sa société avaient été faussées par la procédure de contrôle utilisée, ne prenant pas en compte les radiations provenant de la centrale endommagée. “Nous allons devoir revoir notre technique d’analyse des échantillons“, ajoutait-elle.”Une fois de plus, ils ont raté quelque chose dont ils auraient dû avoir conscience“, commentait alors Atsushi Kasai, un ancien chercheur en protection contre les radiations à l’Institut japonais de recherche en énergie atomique.

et maintenant le deuxième communiqué de l'agence reuters ...

De la radioactivité dans les eaux souterraines à Fukushima


TOKYO (Reuters) - Après avoir jugé le phénomène négligeable, Tokyo Electric Power (Tepco) a reconnu mardi avoir détecté du césium radioactif dans les eaux souterraines se jetant dans sa centrale de Fukushima, théâtre en 2011 du plus grave accident nucléaire depuis Tchernobyl en 1986.

L'annonce tardive faite par la société est significative de sa propension à minimiser dans un premier temps un problème, avant d'en reconnaître la réalité.

"Une fois de plus, ils ont raté quelque chose dont ils auraient dû avoir conscience", a jugé Atsushi Kasai, ancien chercheur en protection contre les radiations à l'Institut japonais de recherche en énergie atomique.

Plus de deux ans après la catastrophe, Tepco est confronté depuis plusieurs semaines à des fuites d'eau radioactive et à des coupures de courant. La société s'est efforcée de convaincre les autorités locales et les pêcheurs que le niveau de contamination était faible et que les eaux souterraines pouvaient sans danger être déversées dans la mer.

Le 30 mai, Tepco a assuré que la quantité de césium, un élément chimique issu des déchets nucléaires qui est présent dans les eaux, était trop faible pour être détectée.

Mais les analyses ont été faussées par la procédure de contrôle utilisée, qui n'a pas pris en compte les radiations provenant de la centrale endommagée, a expliqué mardi à Reuters une porte-parole de Tepco. "Nous allons devoir revoir notre technique d'analyse des échantillons", a ajouté Mayumi Yoshida.

La catastrophe survenue le 11 mars 2011 à la centrale de Fukushima-Daiichi a été provoquée par un tsunami exceptionnel consécutif à un séisme de forte magnitude. Les travaux de démantèlement de la centrale devraient s'échelonner sur plusieurs décennies.

Risa Maeda, Pascal Liétout pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes