Billet de blog 5 sept. 2014

Les familles de Fukushima poursuivent le gouvernement local et central pour exposition aux radiations

Bob 92 Zinn
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© beyondnuclear.org

FUKUSHIMA – Un groupe de parents et leurs enfants qui résidaient à la Préfecture de Fukushima lors du de la catastrophe en mars 2011 poursuivent Les gouvernements centraux et préfectoraux pour n'avoir pris suffisamment pris de mesures afin de protéger les enfants des expositions aux radiations pendant la crise.

Les 88 pleignant-e-s demandent ¥100,000 (yens) chacun-e-s de dédommagements, lors d'une action en justice, vendredi, à la cour du district de Fukushima.

Muni-e-s d'une plainte écrite, elles ont affirmé que les gouvernements centraux et préfectoraux n'ont pas pris les mesures nécessaires afin de réagir rapidement en donnant les taux de radioactivité dans l'air après la crise nucléaire, négligeant leur devoir de prévention à l'exposition aux radiations nucléaires dans les zones habitées, et en exposant les enfants aux radiations.

Les fusions des trois réacteurs ont été déclenchées par le massif tremblement de terre et tsunami du 11 mars 2011, causant une panne d'électricité à la centrale nucléaire de Fukushima sommairement protégée. déconnectant les systèmes de refroidissement primaires et de sauvegarde de ses réacteurs, permettant au combustible de se réchauffer jusqu'à la fusion, ce qui a provoqué des explosions d'hydrogène qui ont détruit les bâtiments de confinement, éjectant des matières radioactives dans l'atmosphère.

En conséquence, les parents et les enfants sont très inquiets pour leur santé future et souffrent de détresse psychologique, ont-ils dit dans la plainte.

 Une mère du groupe de 40 ans a dit lors d'une conférence de presse qu'elle avait décidé de porter plainte parce que ses enfants sont tombé malades après la crise nucléaire. "Nous avons souffert en essayant désespérément d'échapper à quelque chose d'invisible pendant les 3,5 dernières années", a t-elle dit, se référant aux retombées radioactives de la centrale nucléaire de Fukushima, gérée par Tokyo Electric Power Co.

Sur les 88 plaignant-e-s, 24 enfants qui vivent à Fukushima et fréquentent toujours l'école là-bas exigent que les autorités locales affirment leur droit à l'éducation dans un environnement sain.

The Japan Times - 30 août 2014

Note : soulignement rajouté par le traducteur.

Source : http://www.japantimes.co.jp/news/2014/08/30/national/fukushima-families-sue-prefecture-government-for-radiation-exposure-during-meltdown-crisis/#.VAjS-FPLeBT

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo