Billet de blog 13 août 2014

Bob 92 Zinn
Abonné·e de Mediapart

[Fukushima] Tepco abandonne le système de décontamination d'AREVA sur fond de crise des eaux contaminées

Bob 92 Zinn
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Système de décontamination à Fukushima Daiichi © 

Tokyo Electric a pris la décision de cesser d'utiliser le système de décontamination d'AREVA qui utilise des produits chimiques pour éliminer les matières radioactives de l'eau, car il n'a pas atteint ses objectifs depuis qu'il a été installé. L'administrateur va déposer une demande auprès de l'Autorité de Régulation Nucléaire (NRA) pour abandonner le système.
Le système de décontamination a été créé en Juin 2011, trois mois après le début de la catastrophe nucléaire de Fukushima Daiichi. La conception était si compliquée qu'il a fallu un mois à 50 soudeurs pour faire fonctionner le système. Au cours des trois premiers mois, le système a traité 76 000 tonnes d'eaux contaminées, mais il a dû être régulièrement arrêté suite à une avalanche de problèmes.

 Au cours des trois dernières années, le système n'a pas été utilisé et écarté de toute opération de décontamination. Pendant ce temps, TEPCO a exploité un nouveau système de traitement des quantités d'eaux contaminées accumulées dans la centrale sinistrée.

L'un des problèmes rencontré sera son démantèlement, le système foireux de décontamination d'Areva s'étant lui-même contaminé suite au traitement de matières radioactives. Les niveaux de radiation mesurés dans le système mettent en danger les travailleurs pendant le fonctionnement et la maintenance du système.

TEPCO est toujours confronté à un gros problème lorsqu'il s'agit de gérer le stockage de l'eau contaminée à la centrale de Fukushima Daiichi. Sous la centrale nucléaire, une énorme quantité d'eaux souterraines continuent de se déverser directement dans l'océan.

L'opérateur ne peut stocker qu'une quantité limitée d'eau dans ses réservoirs sur le site. Il doit en même temps endiguer l'accumulation d'eau contaminée et le flux d'eau radioactive qui continue à se déverser dans l'océan pacifique.

Il y a trois mois, TEPCO a tenté de détourner une partie de l'écoulement d'eau contaminée à l'aide d'un circuit d'évitement souterrain, mais n'a pas réussi à obtenir de résultats significatifs.

L'administrateur a adressé une nouvelle demande à la NRA cette semaine, qui si approuvée, lui permettra de construire un nouveau système pour la collecte et l'évacuation d'eaux souterraines contaminées une fois traitées afin d'éliminer certains des composants radioactifs avant de les déverser dans l'océan pacifique.
Ce nouveau plan de décontamination des eaux souterraines va probablement faire face à une opposition féroce des pêcheurs locaux, qui ont l'impression d'avoir fait des concessions continuelles à TEPCO, ce qui aura pour conséquence d'affecter sans aucun doute leur capacité future de fonctionnement, avec peu ou pas de résultats.

Source : Enformable Nuclear News bit.ly/1rmI6TM

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
Politique de l’eau : il faudra « passer par des interdictions »
La carte n’a pas bougé depuis cet été : 93 départements sont toujours en alerte sécheresse et de nombreux arrêtés empêchent les prélèvements d’eau habituels. L’agriculture pourra-t-elle continuer de consommer comme avant ? Entretien.
par Amélie Poinssot
Journal — Agriculture
Changeons cette agriculture prédatrice
L’été est terminé. Mais la sécheresse continue. Les nappes souterraines mettront des mois à retrouver leur niveau normal. Il est temps de réduire la consommation d’eau de l’agro-industrie. Parti pris en vidéo.
par Amélie Poinssot
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello

La sélection du Club

Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85