mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été avec Mediapart

Profitez de notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Le Club de Mediapart ven. 29 juil. 2016 29/7/2016 Édition de la mi-journée

[Fukushima] Tepco abandonne le système de décontamination d'AREVA sur fond de crise des eaux contaminées

Système de décontamination à Fukushima Daiichi

Tokyo Electric a pris la décision de cesser d'utiliser le système de décontamination d'AREVA qui utilise des produits chimiques pour éliminer les matières radioactives de l'eau, car il n'a pas atteint ses objectifs depuis qu'il a été installé. L'administrateur va déposer une demande auprès de l'Autorité de Régulation Nucléaire (NRA) pour abandonner le système.

Le système de décontamination a été créé en Juin 2011, trois mois après le début de la catastrophe nucléaire de Fukushima Daiichi. La conception était si compliquée qu'il a fallu un mois à 50 soudeurs pour faire fonctionner le système. Au cours des trois premiers mois, le système a traité 76 000 tonnes d'eaux contaminées, mais il a dû être régulièrement arrêté suite à une avalanche de problèmes.

 Au cours des trois dernières années, le système n'a pas été utilisé et écarté de toute opération de décontamination. Pendant ce temps, TEPCO a exploité un nouveau système de traitement des quantités d'eaux contaminées accumulées dans la centrale sinistrée.

L'un des problèmes rencontré sera son démantèlement, le système foireux de décontamination d'Areva s'étant lui-même contaminé suite au traitement de matières radioactives. Les niveaux de radiation mesurés dans le système mettent en danger les travailleurs pendant le fonctionnement et la maintenance du système.

TEPCO est toujours confronté à un gros problème lorsqu'il s'agit de gérer le stockage de l'eau contaminée à la centrale de Fukushima Daiichi. Sous la centrale nucléaire, une énorme quantité d'eaux souterraines continuent de se déverser directement dans l'océan.

L'opérateur ne peut stocker qu'une quantité limitée d'eau dans ses réservoirs sur le site. Il doit en même temps endiguer l'accumulation d'eau contaminée et le flux d'eau radioactive qui continue à se déverser dans l'océan pacifique.

Il y a trois mois, TEPCO a tenté de détourner une partie de l'écoulement d'eau contaminée à l'aide d'un circuit d'évitement souterrain, mais n'a pas réussi à obtenir de résultats significatifs.

L'administrateur a adressé une nouvelle demande à la NRA cette semaine, qui si approuvée, lui permettra de construire un nouveau système pour la collecte et l'évacuation d'eaux souterraines contaminées une fois traitées afin d'éliminer certains des composants radioactifs avant de les déverser dans l'océan pacifique.

Ce nouveau plan de décontamination des eaux souterraines va probablement faire face à une opposition féroce des pêcheurs locaux, qui ont l'impression d'avoir fait des concessions continuelles à TEPCO, ce qui aura pour conséquence d'affecter sans aucun doute leur capacité future de fonctionnement, avec peu ou pas de résultats.

Source : Enformable Nuclear News bit.ly/1rmI6TM

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

J'ai modifié l'image d'illustration, l'image mise précédemment pour illustrer l'article étant un hoax, ce que je n'avais évidemment pas vu lors de la publication. L'article est quant à lui tout à fait valable :)

http://ecologie.blog.lemonde.fr/2013/10/29/hoax-ecolos-la-contamination-radioactive-du-pacifique-par-fukushima/

Smash Areva, EDF & co

Bob

Cet été, Mediapart vous accompagne partout !

onze euros les trois mois

À cette occasion, profitez de notre offre d'été : 11€/3 mois (soit 2 mois gratuits) et découvrez notre application mobile.
Je m'abonne

L'édition

suivi par 33 abonnés

Japon, un séisme mondial

  • 13 rédacteurs
  • Rédacteur en chef : Corinne N
À propos de l'édition

Depuis le tremblement de terre et le tsunami du 11 mars 2011, le désastre de la centrale nucléaire de Fukushima Daichi, le monde vit, ou le devrait tant les conséquences sont dramatiques, à l'heure

japonaise.

Cette édition se veut le lieu de l'échange d'informations, d'avis et opinions.

Elle est ouverte à tous.