Scientifiques : "Les réacteurs de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima sont une menace éternelle pour l'humanité".

Les réacteurs de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima sont une menace éternelle pour l'humanité. Ils sont si dangereux que toutes les personnes qui travaillent au sein de la centrale sont embauchés par la mafia japonaise, raconte le Prix Nobel de la Paix de 1985.

Selon Helen Caldicott, médecin et activiste antinucléaire, les trois cœurs de réacteurs qui ont fondu à la centrale de Fukushima, chaque réacteur pesant 100 tonnes, sont si radioactifs que personne ne peut les approcher, pas même les robots qui se mettent à fondre dès qu'ils sont utilisés. "Et personne ne viendra. La pollution va continuer pendant des centaines d'années", a déclaré Caldicott à l'agence russe d'information  RIA Novosti qui a cité les meilleurs physiciens d'aujourd'hui.

Aussi surprenant que cela paraisse, l'entreprise exploitante de Fukushima, TEPCO, ne demande des conseils à personne, affirme l'experte, ni à la Russie, ni à l'Ukraine, qui ont vécu la catastrophe de Tchernobyl, ni à l'entreprise d'énergie américaine Bechtel qui administre 150 centrales nucléaires aux Etats-Unis. Selon Caldicott, TEPCO "veut économiser de l'argent, même le papier usagé des refuges pour sans abris", tandis que ceux qui effectuent différents travaux dans les installations de la centrale sont confiés à la mafia japonaise, les "yakuza".

La lauréate du Prix Nobel de la Paix précise que le monde est le témoin d'une catastrophe absolue : entre 300 et 400 tonnes d'eau radioactive sont quotidiennement déversées dans le pacifique. Telle est la situation depuis plus de trois ans.

TEPCO a reconnu, pour la période comprise entre mai 2011 et Août 2013, avoir déversé des substances dans l'océan Pacifique, représentant un total de 20 milliards de "becquerels" de césium 137, 10 milliards de "becquerels" de strontium et 90 et 40 milliards de "becquerels" de tritium.

En 2011, un séisme d'une magnitude de 9,0 suivi d'un tsunami, ont gravement endommagé la centrale nucléaire. La catastrophe a laissé plus de 18.000 morts et disparus et causé de graves dommages avec environ 380 000 bâtiments détruits.

Source : http://actualidad.rt.com/actualidad/view/138151-japon-fukushima-yakuza-amenaza-eterna

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.