La musique de la rebellion de Kautokeino (Mari Boine)


Mari Boine © mariboine011

 

Mari Boine
A la maison, la musique traditionnelle était interdite. Pour mes parents, c'était la musique du Diable. J'ai grandi dans la honte de leur propre culture, de leurs rituels, de leur musique, de leurs cérémonies de guérison.

24604.jpg

 

 

 

 

 

 

Dès le début des années 80, Mari Boine, la Joan Baez lapone, est la première à défier les autorités en demandant au Premier Ministre de s'excuser de l'attitude des Norvégiens envers les Samis. Sa première chanson est une reprise de "Working Class Hero" de John Lennon.


Mari Boine a refusé de chanter pour la cérémonie d'ouverture des JO de Lillehammer par crainte de passer pour une décoration exotique. Signée sur le label de Peter Gabriel, elle est devenue l'ambassadrice des Samis dans le monde entier.
Après avoir gagné la bataille de la langue, les Sami luttent pour leur sous-sol, riche en or et pierres précieuses et convoité par les multinationales. Ils réclament le droit de gérer leur terre via leur parlement, inauguré par le roi de Norvège, Olav V, en 1989.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.