Où est STEVE ? Où est la VÉRITÉ ?

La Lettre de La Commune, nouvelle série, n° 110 - Lundi 22 juillet 2019

Un mois s’est écoulé depuis la disparition de Steve Caniço, des suites d’une charge de police dangereuse, provocatrice, criminelle en puissance à proximité d’un fleuve rendu « invisible » par les gaz de la BAC. Des enquêtes sont en cours, nous assure-t-on. Les enquêteurs, policiers diligentés par le parquet ou par l’IGPN, ne rendent aucun compte de leurs investigations. Quelques députés s’en enquièrent. Le commissaire impliqué dans cette charge contre la fête de la musique à Nantes vient d’être décoré par Castaner. Qu’est-ce à dire ?

Dans un gouvernement, chacun joue sa partition. Mais toutes ces partitions accouchent de la même petite musique déjantée,

Le 14 juillet, Castaner décore des gradés policiers impliqués dans la pire répression :

  • commissaire Grégoire Chassaing, chargé des opérations le soir où Steve a disparu à Nantes. Mediapart rappelle que c’est lui qui ce 21 juin a donné l’ordre d’utiliser des gaz lacrymogènes.

  • Rabah Souchi, à la tête de la charge de la police ayant blessé Geneviève Legay à Nice le 23 mars à Nice. Sa compagne Hélène Pedroya, en charge de l'enquête sur cette charge policière, a elle aussi été médaillée.

  • capitaine Bruno Félix, auditionné dans le cadre de l’enquête sur le décès de Zineb Redouane à Marseille. Cette femme avait été touchée par des éclats de grenades lacrymogènes lancées en direction de son appartement le 1er décembre 2018. Bruno Félix commandait les auteurs des tirs, explique Mediapart.

  • commandant divisionnaire Dominique Caffin, membre des CRS qui le 1er décembre ont matraqué plusieurs manifestants dans un Burger King à Paris. 1

Lire la suite

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.