La République démocratique, c’est MEDIAPART !

Avec sang –froid et esprit de suite, le cœur chaud et la tête froide, jour après jour, Mediapart défend les principes démocratiques les plus élémentaires, cherche la vérité sur le fond des « affaires ».

Avec sang –froid et esprit de suite, le cœur chaud et la tête froide, jour après jour, Mediapart défend les principes démocratiques les plus élémentaires, cherche la vérité sur le fond des « affaires ».
Joignant l’acte à la parole, Mediapart a refusé d’être perquisitionné par le Parquet.
Mediapart fait ce que ne font pas les opposants platoniques à Macron.
Pourtant Mediapart n’est ni un parti, ni un groupement politique, ni une école philosophique, ni une association de défense des droits fondamentaux. D’autres journalistes font courageusement un travail similaire, bien sûr et c’est heureux.

Ils font face à une presse officielle, financée par Drahi, Bouygues et autres capitalistes de haut vol. Une presse qui cherche le mensonge chaque fois que celui-ci peut émouvoir et éviter de réfléchir.

Ils font face à une tentative de putsch du Parquet contre la liberté de la presse inséparable de la protection des sources.

Quand des railleurs déraillent

Les esprits chagrins mais non moins criards et bateleurs raillent aujourd’hui Mediapart en meute. Ils raillent à seule fin d’enfumage pour cacher le fait que, eux, se sont laissé perquisitionner comme les derniers perdreaux de l’année, en dehors d’une procédure judiciaire diligentée par un juge d’instruction. C’est ainsi que leur fichier d’adhérents a été saisi par le parquet et la police. Ces élus politiques-là de grande opposition verbeuse déraillent sans cesse, et rendre compliqué ce qui est simple, obscur ce qui est clair auprès des travailleurs, jeunes, retraités qui ont cru en leur étoile montante.

« une perquisition dans un organe de presse, ça s’est vu sous Vichy »

Donnons plutôt la parole à Dominique Bussereau qui est tout ce qu’on voudra sauf « de gauche » :

"Aller perquisitionner une rédaction, ça ne se fait pas, pas dans une démocratie, on ne va pas chercher les sources auprès des journalistes", a critiqué l'ancien ministre et actuel président de l'Assemblée des départements de France Dominique Bussereau (ex-LR) mardi sur LCI : "une perquisition dans un organe de presse, ça s'est vu sous Vichy, mais ça se voit rarement". 1 C’est exactement cela.

De son côté, « Le premier secrétaire du PS Olivier Faure a rappelé que "la protection des sources des journalistes est un pilier de la démocratie" et "la violation de ce principe une entame grave à la liberté de la presse et à son indépendance".

Mélenchon a tout de même fini par écrire écrit sur son blog : « Ce qui est fait à Mediapart prépare d'autres mauvais coups de même nature contre d'autres médias ou d'autres formations politiques"

Ce sont surtout des mauvais coups contre la démocratie, les libertés fondamentales qui sont EN COURS.

POUR LA RIPOSTE DEMOCRATIQUE UNIE

Résumons-nous :

La riposte en Défense des Droits Démocratiques est urgence. Le ver est dans le fruit. : détentions arbitraires, poursuites arbitraires, intimidation de la presse indépendante, enquêtes dites « préliminaires en vue de dessaisir les juges d’instruction ( derniers remparts d’une justice indépendante du Pouvoir politique ), tirs tendus et flash ball, mutilations, comparutions immédiates, loi Anti-casseur, l'attaque contre les LIBERTÉS PUBLIQUES et INDIVIDUELLES encadre l'attaque contre les Salaires, le Pouvoir d'achat, contre les Retraites et la Sécu - C'est la responsabilité des organisations syndicales, des partis qui se veulent ouvriers, des formations et associations démocratiques de se rencontrer pour intervenir ensemble pour les LIBERTÉS FONDAMENTALES.

Le comité national de La Commune-pour un parti des travailleurs qui se réunit le week-end prochain discutera des initiatives que notre Courant politique peut prendre pour aider à la nécessaire riposte démocratique unie face à ces affronts despotiques.

A suivre



le 6 février 2019



1 https://www.nouvelobs.com/politique/20190205.OBS9680/rn-lr-insoumis-ils-soutiennent-tous-mediapart...

La Lettre de La Commune, supplément au n° 86 – mercredi 6 février 2019

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.