Billet de blog 19 sept. 2016

BARRACUDA ( C. TSIOLKAS ) , SHIBUMI ( TREVANIAN ) et Mister BONES ( S. GREENLAND)

3 coups de cœur : BARRACUDA ( Christos TSIOLKAS ) 10/18 , SHIBUMI ( TREVANIAN ) Gallmeister , Mister BONES ( Seith GREENLAND ) Liana LEVI / Piccolo

YPO85
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après Hôtel New Hamphire et Une prière pour Owen , conseillés par certains commentaires  et avec une large préférence pour le second , d'une rare intensité, un personnage principal hors norme, une construction méthodique ( comme toujours chez John IRVING ) on finit par aimer cet être si particuliers qu'est OWEN , du grand art . 

A signaler également un Jonathan COE différent, La pluie , avant qu'elle tombe, ( Folio ) ( qui n'est une nouveauté que pour moi ) . Le destin de 3 femmes et d'une enfant aveugle ( entre autres ) sur 3 générations , le tout décrit par la narratrice à travers 20 photos ( 19+1 ) . On découvre un Jonathan COE plus intimiste, plus intense , plus mélancolique et plus poète aussi ! Du grand art , une petite merveille que je conseille à tous. 

BARRACUDA  de C . TSIOLKAS , roman d'une volupté violente . Violence de la vie, de la compétition de haut niveau . Violence de ne pas savoir où et comment se situer. Violence des rêves qui ne se réalisent pas, tellemment on y a cru. Violence de l'échec, de la honte. Violence d'une sexualité différente, mal assumée, à la marge. Violence des mots qui surgissent sans que l'on s'y attende.                                                                                                                                        Je me souviendrais longtemps de ce roman tellement beau et si terrifiant . 

SHIBUMI de TREVANIAN . Extraordinaire roman d'espionnage , ce roman est encore .... non ne pas le réduire à cela , même si l'intrigue première nous tient en haleine jusqu'au bout. C'est avant tout le roman initiatique d'un héros cruel, dangereux mais tellement séduisant . Et aussi une fabuleuse critique de nos civilisations occidentales ( USA en tête) , l'auteur part dans tous les sens , on y apprend beaucoup , presque comme dans un livre d'Histoire, d'histoires politiques. Cela pourrait être aussi un pamphlet philosophique. La langue est flamboyante, riche de poésie.... À dévorer sans modération . 

MISTER BONES de Seth GREENLAND . Critique acerbe d'une amérique télévisuelle déjantée, qui ne compte le succès qu'en millions de dollars ( Hel le héros de Shibumi aurait pu en faire tout un chapitre ) . Les plus gros mangent les plus petits, les plus petits cherchent à grossir et au milieu de tout cela notre héros, moyen , cherchant à grossir lui aussi, enfin ! Alcoolique, defoncé et génial ; égoïste, sans scrupule , jusqu'au-boutiste mais finalement différent , il a fini quand même par seduire le lecteur que je suis . L' auteur tire sur tout ce qui bouge dans un style remarquable de légèreté et j'ai aimé cela ...avec délectation ! 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Histoire
« J’ai pu apercevoir le docteur Asselah »
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
Journal
En appel à Toulouse, des activistes handicapés plaident « l’état de nécessité »
Au cours d’une audience chargée de colère et d’émotion jeudi, les militants de l’association Handi-Social ont justifié leurs actions de blocage de la gare et de l’aéroport toulousains en 2018. Il y a un an, ces activistes avaient écopé de peines de prison avec sursis.
par Emmanuel Riondé
Journal — Amérique du Sud
En Équateur, victoire en demi-teinte pour les autochtones après 18 jours de lutte
Un accord a été conclu jeudi entre le gouvernement et les responsables autochtones, à l’issue d’une longue grève générale, pour réclamer de meilleures conditions de vie. Dans la capitale Quito, la « Casa de la Cultura » (Maison de la culture) a été un endroit clef du mouvement.
par Alice Campaignolle
Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat