Au service surnaturel de Sa Majesté

"Au service surnaturel de Sa Majesté" est un livre à part. Il mêle un certain nombre de genres, le premier étant le fantastique, mais on y enquête à la façon d'un thriller, non sans humour, et on y voyage grâce à des lettres qui tracent la chronique d'une vie.

 © Daniel O'Malley © Daniel O'Malley

"Au service surnaturel de Sa Majesté" fait partie de ces rencontres fortuites qu'on ne regrette pas.
C'est l'été. Vous flânez nonchalamment dans des rayons dégorgeant de bouquins, et votre regard qui jusqu'ici frôlait l'indigestion s'arrête soudain. Votre curiosité est piquée. Vous vous approchez d'un pas décidé. Votre main s'empare de la chose. Le titre vous tape dans l’œil. La quatrième de couve vous met en appétit. Vous ne lâchez plus l'objet de vos désirs jusqu'à la caisse et vous l'avalez en quelques jours chrono. Voilà le sort qui a été réservé à ce livre de Daniel O'Malley, en attendant de me procurer le second.

Nous sommes en compagnie d'une amnésique, dans un monde où le surnaturel se collectionne dans une officine - la Checquy - cultivant, comme toute officine, le secret, et dirigée par une Cour dont la hiérarchie se décline par le nom des pièces d'échec. Reine, Roi, Tours, Fous et Cavaliers forment cette Cour, soutenue par les Pions.

Notre amnésique a hérité du corps d'une Tour, de ses pouvoirs surnaturels, et de certains de ses savoir-faire. Pour ce qui est de ses connaissances, son ex-elle lui a laissé des lettres et des rapports, pour qu'elle puisse continuer à être la Tour Myfanwy Thomas aux yeux de tous les autres.

Nous voilà donc partis à la découverte de la Checquy et du complot, qui a conduit à la disparition de l'ancienne version de la Tour Thomas et l'emmergence de la nouvelle, successivement au travers des écrits de l'une et des yeux actuels de l'autre. Le tout, non sans humour, ce qui ne gâche rien.

Moi qui suit amatrice de romans policier, j'avoue que c'est un peu sous cet angle que j'ai en premier abordé l'histoire. Mais ce n'est pas forcément le choix de l'auteur, car au bout du compte, c'est le côté surnaturel qui domine. L'histoire progresse en même temps que la Tour Thomas prend possession de ses pouvoirs et les développe. La recherche de l'ennemi patauge des deux côtés : protagoniste et lecteur.

L'enquête est loin d'être classique et plus les pages s'accumulent et plus on a envie de connaitre la suite. La montée en puissance est par conséquent également narrative et fonctionne parfaitement. J'ai fini par me laisser totalement embarquée, et j'avoue m'être laissée surprendre. Et ça c'est inestimable aujourd'hui, tant les écrits sont codifiés.

Alors, je ne vous garantis pas que vous serez surpris. Mais moi je l'ai été.
Sur tous les bouquins que j'ai pu piquer comme ça sur un coup de coeur à l’œil dans un étalage, jusqu'ici, un seul m'a laissé froide au point que je n'ai même pas fini le premier chapitre.
Mais ils n'ont pas été nombreux non plus, ceux qui m'ont laissé cette impression de m'être fait balader de la sorte. Et c'est une sensation délicieuse.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.