Sept nouveaux photographes pour la France VUE D'ICI

Sept nouveaux regards et sept nouvelles thématiques pour ce portrait documentaire de la France que dressent le rendez-vous photographique de Sète, ImageSingulières, et Mediapart. On retrouvera donc bientôt sur le site : l'aventure de jeunes entrepreneurs en banlieue, la mobilisation en soutien aux migrants, le travail intermittent et saisonnier en Ardèche, l'attachement à l'Aquitaine...

La commission de sélection des photographes de La France VUE D'ICI (voir sa composition ici) s'est réunie vendredi 11 décembre à Mediapart. Sur les quelque 200 candidatures envoyées, il nous a fallu faire un choix drastique pour n'en sélectionner que sept ainsi que nos budgets nous le permettent. Le temps de contacter tout le monde, voici dont ces nouveaux venus et leur projet.

Jeunes entrepreneurs © Hervé Lequeux (La France VUE D'ICI) Jeunes entrepreneurs © Hervé Lequeux (La France VUE D'ICI)

Le photographe Hervé Lequeux et le journaliste Sébastien Deslandes iront « des quartiers nord d'Amiens aux quartiers nord de Marseille, en passant par les banlieues parisiennes (93, 92, 78) et lyonnaises (Vaulx-En-Velin, Vénissieux) » à la rencontre d'une « jeunesse française qui, faisant le constat de leurs difficultés à accéder à leurs revendications économiques et sociales, de leurs attentes déçues d'une solution provenant du politique » décide de créer leur entreprise. Entreprise de désamiantage, de restauration rapide, agence immobilière… certaines même soutenues par le Medef, tissent des réseaux économiques où « la débrouille et le sens de l'initiative font loi ». (voir le site d'Hervé Lequeux)

Le photographe Bertrand Gaudillère et la journaliste radio Catherine Monnet traverseront la France de Menton à Calais, en passant par Lyon et le nord de Paris à la rencontre des anonymes qui tendent la main aux réfugiés débarqués sur les côtés de l'Europe. Ici une aide juridique ou administrative, là un soutien à la traduction, des soins, de l'hébergement, des repas… on découvrira ceux qui ne détournent pas le regard devant une des plus graves crises humanitaires et politique du début du XXIe siècle. (voir des photos de Bertrand Gaudillère)

Anne Rearick s'installera dans un village du Pays-Basque où une cinquantaine de réfugiés de Syrie, d'Irak et d'Érythrée sont herbégés dans un centre de vacances. Leur installation, leurs déplacements, leur insertion sont les thèmes qu'elle se propose de documenter. Dans un second temps, elle partira dans les zones rurales de Saint-Jean-Pied-de-Port et de Salies (dans le Béarn) pour rencontrer ceux qui y travaillent et vivent. (voir le site d'Anne Rearick)

Paul Arnaud se rendra pour sa part à Mayotte, dernier département français, voir comment « la plupart des métropolitains et la classe moyenne mahoraise sont parqués dans des zones protégées appelée "mzungus land" (le pays des blancs) ». (voir le site de Paul Arnaud)

Extrait de « La Carte du tendre » © Alexandra Pouzet Extrait de « La Carte du tendre » © Alexandra Pouzet
Alexandra Pouzet poursuivra sa Carte du tendre, « enquête artistique sur le rapport affectif des habitants à leur(s) territoire(s) » d'origine, d'adoption ou de projection. Cette enquête, commencée dans le Poitou-Charentes sera prolongée pour la France VUE D'ICI à toute la région Aquitaine. Avec beaucoup de poésie, ses portraits dans l'espace (accompagnés de témoignages) révèle le rapport sensible que chacun entretient avec le lieu où il vit. (voir quelques exemples de La Carte du tendre).

Florence Levillain s'arrêtera dans les bains publics de la capitale dont l'utilité ne faiblit pas en temps de crise économique et du logement. On y croise aujourd'hui des étudiants, des retraités pauvres et aussi, bien sûr, des sans domicile ou des migrants. Certains bains douches sont inscrits au patrimoine parisien, mais loin d'avoir leur histoire derrière eux, ils sont encore indispensables au bien-être de beaucoup d'entre nous. (voir des photos de Florence Levillain)

Enfin, Alexa Brunet entamera son travail plus tard à la fin du printemps 2016 puisqu'elle souhaite approcher l'économie touristique et le brassage sociologique de l'Ardèche à travers l'emploi saisonnier. (Voir son site)

Tous ces photographes rejoindront dans les prochains jours La France VUE D'ICI et travailleront aux côtés des 17 autres déjà sélectionnés. Pour les aider dans leur projet, leurs recherches, leur suggérer des idées ou des pistes, vous pourrez les contacter via leur page sur le site. Car La France VUE D'ICI est aussi, comme Mediapart, un projet participatif qui s'enrichit d'un dialogue avec ses lecteurs.

A noter aussi qu'une ultime sélection aura lieu début 2016 pour documenter plus spécialement l'Ile-de-France et la saison estivale.

Enfin, encore merci à vous tous qui, grâce à vos dons lors de nos campagnes de financement collaboratif, ont permis et permettent encore à ce projet de dessiner le visage de la France d'aujourd'hui.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.