Billet de blog 30 avr. 2014

Vertige du sens

 

ARySQUE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© ARySQUE

L'histoire commence en 2010. Parce que j'avais installé dans mon jardin un totem de bric et de broc représentant un couple d'amants enlacés, j'avais décidé de consacrer tout mon temps à l'écriture d'une histoire d'amour intemporelle. J'imaginais que je pourrais répondre à cette question insoluble : "pourquoi aime-ton ?" J'ai observé mes amants en les couchant sur le papier.

A force d'observance, j'ai cru trouver un principe d'éternité : là se tenait une figure maternelle, porteuse de multitudes…

© ARySQUE

Mais cela ne me suffisait pas. A l'époque, on ne parlait pas encore du mariage pour tous et la PMA était carrément un tabou. Alors me venait une autre question : "pourquoi Paul aime-t-il Pierre ?" Il me fallait fouiller encore et je mis René Char et quelques autres à contribution.

La réponse est venue : l'absolue nécessité du langage pour que tout dure.

© 


J'achevais là le livre des Errances.

La question du langage était posée et il fallait que je la creuse. Une chose était sûre : sans le langage, nous étions voués à une disparition définitive.

4 photos en phase d'effacement sur toile. © ARySQUE

Je pressentais un terrible combat : Eros et Thanatos en ordre de bataille.

la même photo… effacée © ARySQUE

Je partis au temps d'avant l'écriture, d'avant l'histoire.

Point de paix mais des conflits à tout va, des femmes arrachées à leur clan, des totems multipliés comme autant d'étendards à brandir au combat.

Et je vis s'effacer toute une humanité. Néandertal n'était plus et en dépit des doutes scientifiques, je m'inquiétais : et si la tentation génocidaire était en nous, ancrée, indéfectible ?

C'est alors que je me suis souvenue de Char, de Celan, de Neruda et de tous les autres. J'en acquis une conviction : nous n'avons qu'une seule arme contre nous-mêmes, la vigilance. Et cette vigilance est d'abord poétique. 

La poésie, résolument : elle est chair et Verbe, Eros et Thanatos suspendus, s'aimant encore.
Après avoir achevé PreScriptum, je changeais de nom et je devins ARySQUE. Pendant près de deux ans, j'ai scruté l'actu et publié ici mes états d'âme et mes doutes… jusqu'à l'écœurement.

Alors je suis retournée sur le terrain le plus doux, le plus violent, le seul qui porte encore espoir : Loveland. Mais c'est une autre histoire…

© ARySQUE
© ARySQUE
© ARySQUE

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse