Billet de blog 23 mai 2022

Homophobie à Besançon (4) : mais qui donc sont les mis en examen ?

L’été 2018, le parc Micaud à Besançon a été le théâtre nocturne d’une série d’agressions homophobes par des jeunes des quartiers. Phénomène d’une intensité inédite, pas discuté, récupéré contre toute vraisemblance par l’extrême-gauche. Les atermoiements de la Justice et le silence favorisent les récits alternatifs. A moi qui suis plaignant dans cette affaire, on ne la fera pas à l’envers.

Vincent Bonnet
Intervenant en Thérapie Sociale
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Se plaindre d’un mal incurable, multiplier les témoignages de son existence, sauf celui de l’agression en meute : les mobilisations bisontines, au prétexte de la résurgence homophobe au parc Micaud l’été 2018, l’entourèrent de nimbes insondables. Prenant des atours de panique identitaire, elle ne ressemblait pas à la guerre que les victimes avaient vécue, celle où on les engagea, au mépris de leurs blessures.

Le déni des Social Justice Warriors

Serait-ce une omerta que ce qui se fait passer pour de la lutte contre l’homophobie pratiquerait sur des comportements totalitaires de jeunes de quartier à l’égard de victimes qui verraient leur souffrance ravalée, maquillée, réajustée au combat intersectionnel (autour du triptyque « classe, race et genre ») qui les sacrifierait – « une machine à faire des mâles blancs les nouveaux parias » s’inquiète la promotrice du concept ? La violence du déni rend fou : une agression dont on ne peut qualifier l’auteur n’est pas, indéniablement quand ce dernier est systématiquement dépeint sous un jour déformant (La Manif pour tous est la cible quasi-exclusive des militants). C’est la double peine pour la victime.

Post Facebook de Toufik de Planoise

Radicalisant la posture jusqu’à l’imposture, des antifascistes bisontins procéderont ainsi, à la faveur de la frilosité ambiante, au seul amalgame que personne ne craint, en imputant à l’extrême-droite, à l’occasion de la Marche des libertés de 2021, les agissements nocturnes à Micaud et les suivants (deux mois plus tard un couple gay sera agressé en meute, en plein jour cette fois-ci). Autant réécrire l’histoire dont le rappel sonne comme une offense faite à ceux qui ont le devoir de protéger les opprimés : non pas seulement les victimes, mais aussi (et surtout ?) leurs bourreaux. Nous revoilà sur nos pieds : ou comment rafistoler la concurrence victimaire en « convergence des luttes » dans une mythologie continuée en mal d’incarnation (affaire Taha Bouhafs) mais pleine d’injonction à se taire (comme le relève l’essayiste Fatiha Agag-Boudjahlat à propos de ladite affaire). Femmes et homosexuels violentés, même handicap quand l’agresseur est « racisé » ?

Rappelons l’entourloupe magistrale qu’a été l'état des lieux 2019 de l’Observatoire des LGBTphobies testant précisément l’ampleur du phénomène – l’agression par des étrangers ou descendants afro-maghrébins – sans pourtant faire préciser leur témoignage aux victimes, comme si seule la victime pouvait décider de son importance. A grand renfort de sophismes, on suppute alors que les 4% d’agresseurs décrits spontanément comme « blancs » par leurs victimes recouvrent en fait 92% des auteurs d’agression. Si tous les ingrédients de ce tour de prestidigitation ne sont pas mesurables (une culpabilité subtile retournée contre soi et qui floute l’agresseur ? un scrupule « antiraciste » pour favoriser la sous-déclaration d’auteurs perçus comme allogènes ? une peur de perdre les bénéfices de la victimisation ?), toute autre déduction signale une intention maligne qui fait le jeu de l’extrême-droite.

Tout un écosystème du déni. Qui ouvre bien des questions sur une « génération flippée » et sans nuance : qu’est-ce qui fait que, dans leur soif de justice, certains donnent un sauf-conduit aux violents ? Que nous dit de l’état de la cause LGBT le choix pseudo-vertueux de l’auto-sacrifice !? Au nom de l’antiracisme, faut-il vraiment inverser les rôles sur qui porte les coups !? Stade ultime de la rébellion si bien analysée par le psychologue Arno Gruen comme trahison du moi, rêver d’un monde expurgé du mal qui le souillerait (« patriarcat », « problèmes sociaux », etc.), d’une altérité élaguée de son opacité constitutive (« mon combat, c’est l’autre »), d’une identité traitée comme une franchise (au double sens du mot : le dommage subi est devenu une identité, et l’identité indiscutable), accouche inexorablement de réflexes violents, déconnectés de la réalité, en un mot : totalitaires.

Conflictualité, pédagogie et justice

Si les agresseurs présumés devaient comparaître au Tribunal Correctionnel, pour la petite part d’entre eux qui n’étaient pas mineurs au moment des faits (pour ces derniers, l’audience est interdite au public, ce qui est bien dommage), gageons que ceux qui se sont indignés de leur violence, s’il en reste d’honnêtes, chercheront à s’enquérir des raisons par lesquelles ils en sont arrivés là.

Gageons, mais sans naïveté : comprendre ce qui motive ces exactions n’est pas envisageable si on est engoncé dans des précautions qui se soucient moins de ce que l’on va découvrir que de potentiels risques à exposer ce que l’on a découvert. Ou qu’on reste dans l’abstraction : l’homophobe est violent parce qu’il est homophobe (et sûrement pas parce qu’il marque sa domination sur la victime et le groupe ennemi auquel il l’associe, puisque ce dernier n’est pas belliqueux, que, dans son « tout inclusif », il ne veut justement pas l’être : aporie du pacifisme). Ou la culture de l’excuse, qui marque le point toujours avant la possibilité d’une « stigmatisation », et qui encourage une insidieuse hiérarchisation des discriminations, – aussi insidieuse que la nouvelle police des mœurs qu’elle avalise.

C’est une impasse d’ignorer qui est puni pour un crime, à partir du moment que le châtiment a lieu. Et c’est obscène d’ignorer le criminel, parce qu’il dérogerait au rôle de victime (il n’y a qu’à écouter la militante Fatima Ouassak parler du « jeune », de l’arabe, du musulman, à rassasier notre culpabilité, dont elle manipule le sentiment avec succès) qu’on préfère lui voir jouer – et, de fait, lui arrive plus souvent qu’à son tour, selon l’écrivain Ismaël Saidi (Comme un musulman en France), d’adopter « cette posture victimaire qui nous pousse à toujours demander plus sans prendre le temps de remettre notre propre comportement en question ».

Une autre recherche est alors possible, que j’indiquerai ici avec le sociothérapeute Charles Rojzman. La seule qui attesterait de la volonté persistante de faire société : « Il est dangereux de déshumaniser les "barbares", au risque de l’impuissance, écrit-il sur Facebook. On doit les empêcher impérativement de nuire mais en même temps comprendre leurs motivations rationnelles et émotionnelles qui sont celles d’êtres humains semblables à nous-mêmes mais placés par leur faute ou pas dans des environnements politiques, psychologiques ou sociologiques déshumanisants. »

Huis clos

Comme le préconisait Agag-Boudjahlat sur l’affaire Shaïna Hansye (Creil) pour briser le continuum de violences sexuelles et sexistes que subissent les filles dans les quartiers, couplée à la possibilité de filmer le procès, mineurs ou pas, cette recherche – plus qu’un (simple) verdict – accoucherait « de la pédagogie de haute qualité » si chère à Monsieur Dupond-Moretti pour que « casser du pédé » cesse d’être un objet de vantardise. Le totem d’une sécession. Comment enrayer l’attraction d’une partie de la jeunesse de nos quartiers vers l’outrage ?

Illustration pour l'enquête de Laure Daussy à Creil pour Charlie Hebdo © Foolz
L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour Suprême des Etats-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra