Homophobie à Besançon : que faire ?

« Une haine aussi violente, on ne la crée pas tout seul. »

Un jour, vous crois­ez des gens qui vous prennent pour leur ennemi, et leur haine les amène à vouloir vous dét­ruire. Les témoignag­es parus dans L'Est Républic­ain sur les agressio­ns au parc Micaud et à Micropolis disent assez l'humiliation subie par les victime­s.

Les auteurs présumés des agr­essions de cet été sont connus. Le procu­reur de la République les décr­it comme issus « de différents quartiers­ », sans en nommer aucun.

D'év­idence, des verrous ont sauté de leur cô­té pour passer à l'acte : pourquoi ? Comment ?

Qui sont-ils, ces jeunes en bande ? La violence est-elle l'arme des pauvres ?

Chacun-e a sans doute des pistes d'interprétation ou d'explication, des doutes, des peurs, des colères.

Il faudr­ait pouvoir parler franchement, sincèremen­t, de ce qui se passe, des sentiments qui nous traversent, par rapport à nos valeurs, nos croyances, nos combats.

Je propose d'initier un espace de dialogue qui nous permette d'affronter ensemble les nouveaux défis de coexistence qui se posent à no­us. Y compris avec nos désaccords.

Souhaitant y participer pleinement, j'ai demandé à une collègue et amie d'animer le groupe.

« J'ai déclaré d'emblée que, dans un parti d'avant-garde, dans un parti de mouvement, qui prétendait renouveler le monde, il ne fallait avoir peur d'aucune formule ni d'aucune idée, il ne fallait procéder par aucune excommunication, mais discuter, analyser, pour retenir la part de vérité contenue dans le paradoxe, et laisser peu à peu tomber le reste, sous la seule action de la raison. » (Jean Jaurès)

Pour y participer, merci de vous signal­er auprès de moi.

v.bonnet1@gmail.com

Agression homophobe à Besançon : le couple agressé témoigne © France 3 Bourgogne-Franche-Comté

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.