L'usage du monde

 

 

L'usage du monde © Thierry Vernet L'usage du monde © Thierry Vernet

 Un dessin de Thierry Vernet, ami et compagnon de route de Nicolas Bouvier, dans leur voyage sur la route de la soie dans les années cinquante. Ici, à Mahabad.

L'usage du monde, livre par lequel j'ai découvert l'écriture de Nicolas Bouvier, une écriture crue et sensuelle, l'écriture d'un homme qui accueille le monde avec gourmandise. La beauté et la laideur, les parfums et les puanteurs, la convivialité et la solitude, il prend tout, il goûte tout. Une quête jamais assouvie pour remplir ce vide qu'on porte en soi.

 

Nicolas Bouvier, Thierry Vernet et la Fiat Topolino 

 

 

L'usage du monde se termine avec ces mots :

Repris mon passeport paraphé, et quitte l'Afghanistan. Il m'en coûtait. Sur les deux versants du col la route est bonne. Les jours de vent d'est, bien avant le sommet, le voyageur reçoit par bouffées l'odeur mûre et brûlée du continent indien...

 

J'imagine les trois personnages de ce dessin silencieux mais n'en pensant pas moins... Mais peut-être se parlent-ils ?

On peut tout imaginer.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.