Les crabes rougissent de honte

Photographie de l'artiste chinois Ai Weiwei, sculpteur, blogueur, performer, photographe, ardent défenseur des Droits de l'Homme dans son pays. © Ai Weiwei 艾未未 Photographie de l'artiste chinois Ai Weiwei, sculpteur, blogueur, performer, photographe, ardent défenseur des Droits de l'Homme dans son pays. © Ai Weiwei 艾未未

Je ne sais expliquer pourquoi cette photo m'évoque la triste actualité politique du moment dans mon sud natal. J'imagine à Brignoles les abstentionnistes des deux tours venir en groupe frapper aux portes des bureaux de vote, en vain. Trop tard. Les bureaux viennent de fermer. Rouges de honte - certains bien sont mêmes bien trop misérables pour rougir - ils retournent à leur grisaille et ne pourront plus marcher droit de longtemps. Peut-être se retrouveront-ils un jour bouillis dans quelque marmite d'arrière cuisine. Forcément à la sauce piquante. Cette sauce sensée relever le goût mais qui en gomme toutes les nuances, toutes les subtilités, toutes les différences. Ai Weiwei 艾未未, l'auteur de cette scène crustacée, tirerait sans doute la langue à ces citoyens égarés. Le gris pâle du fond de l'oeuvre m'évoque aussi la couleur des candidats. Et je me souviens que sur les rochers lumineux de mon enfance marseillaise, les petits crabes - les fioupellans - savaient eux, se mobiliser pour nous faire baver d'envie. De les attraper avant de les relâcher dans l'eau libre de la Méditerranée.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.