mot de passe oublié
11 euros par mois

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre application mobile disponible sur Android et iOS.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart dim. 29 mai 2016 29/5/2016 Édition de la mi-journée

Le grand sommeil, do not disturb.

 © 25 mars 2013 - Tilda Swinton, lors de sa performance au MoMA à New York, samedi. - Photo Twitter joshfjelstad © 25 mars 2013 - Tilda Swinton, lors de sa performance au MoMA à New York, samedi. - Photo Twitter joshfjelstad

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Fil d'enfer.

Avec quelques obsessions animales en prime, et contagieuses en plus!

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile.
Je m'abonne

L'auteur

Tomasz H.

Peuples du monde, le monde nous appartient.
Paris

L'édition

suivi par 53 abonnés

La mendie-bulles

À propos de l'édition

Mais à quoi pouvait donc bien rêver la Joconde ? Quel est le monologue intérieur poursuivi par chacun des joueurs de cartes représentés dans un célèbre tableau ?  Quel pouvait bien être le prénom

des Demoiselles d’Avignon ?
C’est une image, une photo, une repro de tableau.  Elle nous parle.  On en imagine la légende, le sous-texte, les dialogues imaginaires,  on en refait au besoin le scénario.  Parfois, on en détourne le sens, on y plaque nos propres  humeurs du moment  selon qu’il pleuve ou qu’il  fasse du vent.  C’est un peu comme la petite musique qui habille un film. On change de mélodie et ce n’est plus la même scène. On réécrit l’histoire à sa façon.
Cette nouvelle édition basée sur des légendes imaginaires se veut  uniquement un jeu, une partie de sous-titrage en roue libre,  tantôt iconoclaste tantôt même déconnoclaste.  Des images en quête de textes.  Des  photos en quête de légendes.  Des illustrations détournées par des pirates du sens et prises en flagrant délit de divagations…
Seule contrainte :  toujours préciser le crédit ou le copyright (©) de l’image utilisée.  Pour le reste, libre cours aux échafaudages les plus fantasques…

Le fil de cette édition