Billet de blog 14 févr. 2016

Virus Zika : après l'épandage du pesticide, l'enfumage des médias

Par la grâce des médias, le scandale des milliers de malformations congénitales graves, dues au mépris total du « principe de précaution » dans l'utilisation des insecticides ne sera rien de plus qu'un pétard mouillé

louis rougnon glasson
Opération Ortograf. Justification scientifique des chauffages par cogénération pour diminuer les pertes entropiques. Démaskyavélisme
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour rester crédible, l'appareil médiatique est obligé de relater le scandale, mais le gouvernement brésilien et Monsanto lui seront reconnaissants de nous avoir fait le coup du « pt'êt' ben qu'oui, p'têt ben qu'nan »

Le récapitulatif qui suit intègre :

- ce que la télé nous a montré récemment,

- un article de l'Est Républicain intitulé : « Zika : un insecticide en accusation » (13-02-2015, dans France-Monde »

- et l'article de l'Express intitulé : « Virus Zika: un insecticide suspecté d'être à l'origine des cas de microcéphalie »

Récapitulatif:

Le virus Zika, propagé par le moustique tigre, a été récemment présenté par la télé comme responsable de cas de microcéphalie, malformation congénitale avec une réduction spectaculaire du volume de la boite crânienne

La vue de ces malformations justifiait alors implicitement l'utilisation de pesticides à haute dose, comme cela était présenté également dans la même émission.

L'insecticide en question est appelé pyriproxyfène. Il est fabriqué au Japon par une filiale de Monsanto. On l'utilise à cause de sa propriété de bloquer la croissance des moustiques, et son usage est recommandé par l'OMS afin de lutter contre l'épidémie de dengue. Il provoque chez les insectes des malformations qui les tuent ou les rendent stériles

A l'opposé de ce discours qui impute ces malformations au virus Zika, une autre hypothèse présentée par les médias à partir du 13 février avance au contraire des arguments qui sont accablants pour cette utilisation des insecticides par les apprentis sorciers

- plus de 4500 cas de microcéphalie ont été constatés dans des zones où le gouvernement brésilien a ajouté de cet insecticide, le pyriproxyfène à l'eau potable

- il n'y a pas eu de tels problèmes chez les nouveaux-nés lors des précédentes épidémies de Zika, alors que près de 75% de la population avait été infectée par le virus.

- pas de cas de microcéphalie non plus dans d'autres pays comme la Colombie, le deuxième pays le plus touché au monde après le Brésil

Sans commentaires!

Ortograf-FR doc g057-g02 février 2016

.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Dans les Ehpad du groupe Orpea, des CDI introuvables
D’après nos informations, des recrues du groupe privé de maisons de retraite doivent, en France, se contenter de signer des CDD au motif qu’il s’agirait de remplacer des salariés en CDI. Or, dans bien des cas, ces salariés n’existeraient pas. Le groupe dément toute irrégularité, assurant qu’« il n’y a jamais eu d’emploi fictif au sein de l’entreprise ».
par Leïla Miñano avec Benoît Brevet (Investigate Europe)
Journal
Quand le comité d’éthique de France TV prend le parti de Korian
Fin 2020, France 3 a diffusé un documentaire sur les morts du Covid dans les Ehpad qui a déplu au groupe privé Korian. Celui-ci a notamment saisi le comité d’éthique de France Télévisions. Une instance présidée par Christine Albanel qui a jugé « à charge » le travail, pourtant approfondi, des journalistes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal — Droite
Le député Guillaume Peltier visé par une enquête
Le parquet de Blois a annoncé, lundi 24 janvier, l’ouverture d’une enquête préliminaire à la suite des révélations de Mediapart sur l’utilisation des fonds publics du député Guillaume Peltier, porte-parole de la campagne d’Éric Zemmour.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica