Billet de blog 15 juil. 2015

Comment Monsanto nous empoisonne

Camille Felouzis
Journaliste/documentariste en formation
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un empire ne se construit pas en un jour, celui de Monsanto ne déroge pas à la règle. Agent Orange, PCB, Roundup, OGM: la liste est longue.

La question - inquiétante et cruciale - reste en suspens tout au long de cette vidéo présentée par le Guardian: Pourquoi sommes nous nourris par un expert du poison? En d'autres termes, comment les élites politiques et le marché agricole ont pu laisser Monsanto se développer ainsi?

Commençons par le Roundup. Cet herbicide, très en vogue aujourd'hui, a réussi à conquérir le marché de l'agriculture simplement parce qu'il est le produit chimique agricole le plus puissant au monde. Les cultures qui résistent au Roundup, vendues également par Monsanto, sont en fait bien plus riches en toxicité que les autres simplement parce qu'elles absorbent le composant chimique se retrouvant ainsi directement dans nos assiettes. Le Roundup contient notamment du glyphosate, considéré comme étant "probablement cancérogène".  Les PCB ou polychlorobiphényles ou encore pyralènes furent aussi en leur temps considérés comme étant "probablement" cancérogènes. Aujourd'hui, il est avéré que les PCB sont hautement cancérogènes, toxiques, écotoxiques (polluants environnementaux) et reprotoxiques. La contamination de poissons gras, notamment, et ainsi d'une grande partie de la chaîne alimentaire est alarmante pour la santé humaine, encore aujourd'hui.

Monsanto a également produit, dans les années 60, le tristement célèbre "Agent Orange" utilisé par l'armée américaine au Vietnam entre 1961 et 1971. De part sa forte teneur en dioxine (dont la longévité et la stabilité frisent l'irréel), l'Agent Orange a été responsable de malformations à la naissance et de nombreux cancers sur la population touchée même des années après la fin des combats.

Sans s'attarder sur les vaches nourris aux hormones de croissances et aux OGM en tout genre, Monsanto excelle donc dans l'art du poison. Aujourd'hui, la multinationale détient 80% du marché du maïs américain et 93% du marché du soja. Mais comment les agriculteurs et les gouvernements ont-ils pu accepter cette hégémonie?

Deux points essentiels sont à retenir: les forces économiques et l'influence politique.

En 2013 aux Etats-Unis,  sous la pression du lobbyisme, une loi (Monsanto Protection Act) a été voté protégeant Monsanto de toute forme de litige concernant la dangerosité des cultures OGM. Monsanto a donc été à l'abri de toute interdiction de vente de ses produits chimiques ou de ses graines OGM, en tout cas jusqu'en Septembre 2013 - date à laquelle la loi a été abrogée.

Malgré ça, depuis 1996, Monsanto s'est répandue en avalant tout concurrent sur son passage. En quelques dizaine d'années, la multinationale est devenue l'entreprise incontournable  des produits chimiques agricoles et a pris le contrôle des cultures OGM. Aujourd'hui, les agriculteurs ayant des champs OGM sont dans l'obligation de racheter chaque année des graines provenant exclusivement de la firme. En Inde, par exemple, les agriculteurs ont accumulé des dettes astronomiques, augmentant les heures de travail, participant à une forme d'esclavage moderne et à un taux de suicide en constante augmentation. En Australie par ailleurs, certains agriculteurs se sont vu retirer leur label bio à cause de contamination OGM par des champs voisins.

Aujourd'hui Monsanto est partout: des boissons gazeuses aux couches pour bébé en passant par la viande, le poisson, les produits laitiers, les sauces, etc. La liste n'en finit pas.

Aujourd'hui, l'expert du poison nous nourrit.

Si vous voulez consommer autrement, voici une application smartphone simple d'utilisation qui vous permettra de savoir quels sont les produits à éviter: Buycott.com

Vous pouvez également trouver les listes des multinationales qui utilisent des produits Monsanto ici et ici

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre