Monsanto et Union Européenne: un mariage en perspective ?

Le traité transatlantique (TTIP ou TAFTA), en pleine négociation, soulève de vives controverses.

Et pour cause, les Etats-Unis ont un objectif clair : assouplir la législation en terme d’étiquetage et de sécurité alimentaire concernant les OGM en Europe, entre autres.

L’accord sur les obstacles techniques au commerce, encore en vigueur «  porte sur les lois, règlements et normes relatifs aux caractéristiques de produits et à leur étiquetage, ainsi qu’aux méthodes permettant de vérifier la conformité des produits ». En effet, selon le règlement 1830/2003 voté par le Parlement Européen et le Conseil en septembre 2003, la traçabilité des OGM commercialisés en Europe est obligatoire. Cela comprend à la fois des produits transformés utilisés à des fins non alimentaires (les biocarburants), les semences et les produits destinés à entrer dans la chaîne alimentaire humaine et animale ou encore des produits destinés à un usage ornemental comme les fleurs coupées.

Cependant, cet étiquetage n’est obligatoire que si les produits contiennent plus de 0,9% de traces d’OGM. Du pain béni pour le géant des biotechnologies et ses associés.

Monsanto fait donc déjà partie de notre quotidien alimentaire : Nestlé, Coca-Cola, Kelloggs, Starbuck et bien d’autres nous font manger des OGM depuis des dizaines d’années, à notre insu.

Et le TTIP dans tout ça ?

La commission européenne devrait se lancer dans le marketing. Selon elle, le traité transatlantique va favoriser les petites et moyennes entreprises et est au cœur d’une politique de développement durable, contribuant à protéger le droit du travail et l’environnement.

Le TTIP protègera les employés.

Le TTIP investira dans les initiatives écologiques et soutiendra les objectifs environnementaux. Que de belles promesses donc.

Alors au milieu de toutes ces belles paroles, qu’en est-il des OGM et des normes d’étiquetage?

Sur cette question, Monsanto est devenu maître. Aux Etats-Unis, la firme a réussi à faire plier la FDA (Food and Drugs Administration) – organisme américain en charge de l’étiquetage. A ce jour, aucune politique officielle de traçabilité des OGM n’existe aux Etats-Unis. Et pourtant, ce n’est pas faute d’avoir essayé. En 2012, lors des élections présidentielles, l’Etat de Californie avait mené une campagne en faveur de l’étiquetage des produits OGM (« Yes on Prop 37 »). Monsanto, en partenariat avec d’autres firmes agro-alimentaires ont finalement remporté la victoire du non (« No on Prop 37 ») en menant une campagne publicitaire ayant coûté plus de 45 millions de dollars. Ces firmes sont d'ailleurs en mesure d'attaquer les Etats pour tenter d'imposer le non étiquetage comme, par exemple, dans l'Etat du Vermont.

L’agroalimentaire, Monsanto en tête, a ainsi réussi à imposer une vision du monde propre à la logique de marché. Sans parler des méthodes agressives de lobbying, comment ne pas évoquer ici le principe d’équivalence en substance ?

Pour un bref rappel, ce principe est né en 1993 dans une publication de l’OCDE. Il implique une comparaison des caractères généraux et de la composition d’une plante transgénique avec ceux d’une plante non transgénique. Si, à l’exception du transgène, les deux plantes sont équivalentes, alors il y a équivalence en substance. Et voici le tour de force de Monsanto : il n’y a aucune raison d’étiqueter les produits contenants des OGM puisqu’ils sont équivalents en substance. 

Or, force est de constater que les plantes transgéniques recèlent quelques différences : résistance aux herbicides (et donc forte concentration de celui-ci), diminution de la valeur nutritive, développement de nouvelles maladies, risques de cancers chez l’humain, etc.

Le TTIP n’est donc pas seulement une question d’échanges commerciaux, il est aussi une manière détournée pour Monsanto et autres firmes agroalimentaires soutenant les biotechnologies de pénétrer en toute légalité le marché agricole et alimentaire européen et donc, nos assiettes.

 

 

Pour vous donner un petit aperçu de l’hégémonie de Monsanto dans le monde en 2010 :

 

 

 

 

Si vous voulez aller plus loin, regarder ce documentaire sur Monsanto :

https://www.youtube.com/watch?v=KTIMiYXvJhs

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.