Monsanto au Tribunal, c'est bientôt ! (MAJ du 12/10/2016)

Du 14 au 16 octobre, 600 ONG et juristes vont organiser un grand procès contre Monsanto à La Haye. Cette ville incarne la justice internationale, puisqu'elle abrite la Cour internationale de justice. Le procès n'aura évidemment pas de statut officiel, mais les organisateurs vont scrupuleusement respecter les procédures juridiques internationales...

affiche-tribunal-international-monsanto
...Il y a aura des greffiers, des avocats et cinq juges en robe : une Sénégalaise, un Belge, une Argentine, un Mexicain et un Canadien. C’est le monde entier qui va juger la multinationale.

 

Trente plaignants viendront à la barre : des agriculteur français ou américains empoisonné par un herbicide, et des victimes des pays du Sud écrasées par le géant Monsanto, des fermiers indiens ou des cultivateurs de coton du Burkina, des paysans ruinés par les OGM ou expulsés de leurs terres. Enfin seront appelés des témoins, notamment des chercheurs qui ont subi des pressions de Monsanto.

Deux jours d’audience sont programmés. Les juges vont mettre leur jugement en délibéré au 10 décembre. Ils répondront à plusieurs questions : "Est-ce que Monsanto a porté atteinte à un environnement sain, au droit à l’alimentation et à la santé ?", "Est-ce que Monsanto est coupable de crimes écologiques irréversibles ?". C'est tout vu, direz-vous ? La multinationale la plus détestées au monde, qui en plus va se marier à Bayer; spécialiste des pesticides, est condamnée d’avance ? "Non", assurent les organisateurs, car les juges vont vraiment faire du droit, éplucher les dossiers.

Le but de ce tribunal international, explique Arnaud Apoteker, le coordinateur du "Tribunal Monsanto", c’est de fournir des armes juridiques aux victimes. "Aujourd'hui les centaines de milliers de paysans en Inde ont été conduits au suicide à la suite des OGM et du système de dettes qui va avec. Nous voulons, avec ce tribunal, donner à tous ceux qui ne peuvent pas porter plainte contre Monsanto, pour des questions financières ou d'éducation, la possibilité de traduire la multinationale en justice avec des éléments qui tiennent la route et qui leur permettront de gagner", assure-t-il.

L'objectif de ce tribunal citoyen, c’est aussi de prendre à témoin l’opinion publique. Les organisateurs veulent faire le grand procès de l’agro-business et de l’impunité des multinationales. Ils ont même invité Monsanto à venir se défendre. La firme n’a jamais répondu. Jointe par RTL, Monsanto a indiqué qu'elle n’ira pas à La Haye. "Il s’agit d'une initiative de militants activistes (...) qui cherchent seulement à se faire remarquer", explique le groupe, dont les services juridiques vont très probablement suivre les audiences, en streaming. Car les débats seront retransmis sur Internet."

...

A ne manquer donc sous aucun prétexte ! :o)

Source en cliquant ici !

Cliquer ici pour aller sur le site dédié à cet évènement !

Il est encore temps pour ceux qui le peuvent de faire un don pour aider à l'organisation et la tenue du procès, cliquer ici !

....

On avance sur le plan du droit relatif aux atteintes à l'environnement ! à savoir aussi : la Cour pénale internationale vient d'annoncer qu'elle poursuivrait pour crime contre l'humanité toute destruction environnementale qui forcerait des populations à se déplacer...:

"La Cour pénale internationale (CPI) a annoncé jeudi qu'elle allait commencer à se pencher sur les crimes liés à la destruction environnementale, l'exploitation illégale des ressources naturelles et les dépossessions foncières illicites. Désormais, dirigeants d'entreprises et responsables politiques seront susceptibles d'être poursuivis s'ils s'impliquent dans des programmes illégaux de ventes de terrains qui s'accompagnent de violents déplacements de populations, disent des organisations non gouvernementales et des juristes. "

Lire ici !

et pour finir, un conseil de lecture :

"Un nouveau droit pour la Terre - Pour en finir avec l'écocide"

de Valérie Cabanes

un-nouveau-droit-pour-la-terre
"Peuples et sociétés sont dépossédés de leurs moyens d’existence à travers le monde par la destruction de leur environnement. Face à cet écocide, comment repenser les droits de l’homme ?
L’écocide (fait de détruire la « maison Terre ») n’est pas un crime de plus, s’ajoutant à toutes les autres atteintes aux droits humains. Il est désormais le crime premier, celui qui ruine les conditions mêmes d’habitabilité de la Terre. D’ores et déjà, les dérèglements en cours attisent injustices et tensions géopolitiques tandis que les saccageurs de la planète restent impunis.
Aussi est-il urgent de revendiquer de nouvelles formes de responsabilité et de solidarité. Urgent de redéfinir un nouveau sens et de nouveaux cadres à l’action humaine au sein des limites planétaires. Le droit international doit se métamorphoser et s’universaliser autour d’une nouvelle valeur pivot, l’écosystème Terre, en reconnaissant un cinquième crime international, le « crime d’écocide ».

Valérie Cabanes est juriste en droit international, spécialisée dans les droits de l’homme. Après deux décennies dans des ONG de terrain sur les droits de l’homme, elle est porte-parole du mouvement End Ecocide on Earth. En 2015, elle a contribué à la rédaction du projet de Déclaration universelle des droits de l’humanité remis à François Hollande ainsi qu’à deux ouvrages collectifs, Crime climatique, stop ! (Seuil, 2015), Des droits pour la Nature (Utopia, 2016)."

 

oOo

ATTENTION ! MESSAGE DE MARIE-MONIQUE ROBIN DU 12/10/2016 !

"Alerte!

D'après nos informations, Monsanto (et consorts) a acheté les mots clés « Tribunal Monsanto » et arrive à faire remonter ses propres infos (contradictoires) en première page de Google. Ainsi, des sites/blogs (achetés par les lobby chimistes) n’ayant aucune audience, apparaissent en première requête, ce qui décrédibilise l' action du Tribunal.

Il faudrait actionner vos réseaux (de blogueurs, pages facebook, etc) pour :
- Leur demander d’écrire rapidement un papier sur le tribunal
- D’insérer plusieurs fois le mot clé « Tribunal Monsanto » dans leur post
- D’insérer également des liens vers le site du Tribunal dans leur post.


La désinformation ne passera pas!"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.