Billet de blog 5 mai 2018

L'intérêt de l'enfant

L'enfance et la jeunesse ne sont pas au cœur des politiques qu'elles soient locales ou nationales.

Catherine Chabrun
Pédagogue, écologiste et militante des droits de l'enfant -
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J'ai la réponse à mon questionnement qui terminait un petit historique de la réforme des rythmes scolaires : « Pourtant une autre semaine, une autre année sont possibles, mais qui le souhaite vraiment ? »

Le retour à la semaine de quatre jours d’école va se généraliser à la rentrée 2018 !

Les consultations d'enseignants et de parents se sont succédées et les résultats sont impressionnants : 90 % des communes souhaitent le retour à quatre jours.

Selon une enquête de l'Association des maires de France, le retour à la semaine de quatre jours est motivé par les demandes des parents (83 %), des conseils d’écoles (81 %) et des enseignants (71 %).

Mais à qui profite le mercredi matin sans école ? 
– Du côté des enfants : ceux dont la maman – ou le papa – ne travaille pas ou si travail il y a, pour les familles qui en ont les moyens, une personne à domicile est employée. Ils peuvent se lever plus tard. Mais pour une grande majorité des enfants, l'heure du lever ne va pas changer, les horaires sont les mêmes : au lieu de rejoindre l'école, c'est le centre de loisirs ou le domicile de la personne qui va assurer la garde. L'argument de la fatigue supplémentaire ne concerne pas la majorité des enfants,.. et c'est tous les jours que les enfants se lèvent tôt pour rejoindre les lieux de garderie et... rentrent tard le soir !
– Du côté des adultes : les parents qui peuvent aménager leur temps de travail, ceux qui ont choisi de ne pas travailler et bien sûr les enseignants. Pour les autres, ce sont les mêmes contraintes horaires, mais avec des frais supplémentaires (centres de loisirs ou garderies), sans oublier comme tous les jours la course après la montre pour récupérer les enfants à l'heure. 

Mais au lieu de réfléchir à une semaine, une année plus équilibrée qui articulent des temps éducatifs et de repos dans et hors l'école... le ministre de l'Education nationale laisse l'opinion décider.
Pourtant moins il y a de jours d'école, plus les inégalités d'accès aux activités et sorties culturelles, artistiques... s'installent. Les offres privées vont se développer et profiter toujours aux mêmes couches sociales, celles qui en ont les moyens qu'ils soient financiers ou culturels.

Que reste-t-il et restera-t-il du service public d'éducation ?  
L'enfance et la jeunesse ne sont pas au cœur des politiques qu'elles soient locales ou nationales. 

Et si... il n'y avait que l'éducation ! La santé, le logement, les vacances.

Bref les droits fondamentaux de chaque enfant sont de moins en moins respectés.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz