Billet de blog 9 janv. 2016

Enfin, une belle avancée pour le respect des droits de l’enfant

La France vient de ratifier sans aucune réserve ni déclaration venant en amoindrir la portée, le troisième protocole additionnel à la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant. DEI France salue cette décicion

Catherine Chabrun
Pédagogue, écologiste et militante des droits de l'enfant -
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après avoir pendant 4 ans, hésité, décidé que non, puis que oui, s’être perdue dans des débats interministériels et parlementaires pour en minimiser les effets, la France vient enfin de décider de ratifier de la façon la plus claire qui soit, sans aucune réserve ni déclaration venant en amoindrir la portée, le troisième protocole additionnel à la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant. Ce protocole entrera donc en vigueur en France le 7 avril 2016.

Tous les acteurs qui oeuvrent pour une meilleure EFFECTIVITE des dispositions de la Convention peuvent se réjouir d’une belle avancée pour un meilleur respect, dans leur vie quotidienne, des droits de tous les enfants, dans notre pays comme dans le monde entier.
Et la Secrétaire d’Etat chargée de la Famille et de l’Enfance qui mènera la semaine prochaine la délégation du gouvernement auditionnée par le Comité des droits de l’enfant apporte ainsi à point nommé dans sa valise une mesure qui redorera le blason quelque peu terni de la France sur la scène des droits humains, au premier rang desquels ceux des enfants.

 Défense des enfants international, qui a été l’un des acteurs de la campagne des ONG qui ont promu l’adoption de ce protocole par l’Assemblée des Nations Unies (décembre 2011) puis la ratification la plus large de ce protocole (24 pays l’ont ratifié à ce jour), et sa section française qui a mené depuis 4 ans des actions de plaidoyer incessantes pour une ratification par la France SANS RESERVE NI DECLARATION pouvant en amoindrir la portée , se félicitent particulièrement de cette décision majeure.

 Ce troisième protocole vient en effet compléter la Convention par un processus de recours à un organe international en cas de violations de droits de l’enfant, processus qui existait - et que la France avait ratifié sans réserve – pour tous les autres traités de droits humains des Nations Unies : cette ratification vient donc réparer une injustice majeure envers les enfants.

 Un ou des enfants bien identifiés pourront ainsi demander au Comité des droits de l’enfant des Nations Unies, une fois les voies de recours internes épuisées, d’examiner leur cas et lui demander d’intervenir auprès de l’Etat pour faire cesser cette violation. Le Comité pourra même s’il le juge utile, demander à l’Etat de mettre en place des mesures conservatoires, le temps de l’examen du dossier, si la violation de droits alléguée risque de porter à (aux) l’enfant(s) des préjudices irréparables.
Le Comité pourra aussi, à la demande de plaignants, lancer une procédure d’enquête dans le pays sur tel ou tel problème générique.
Une jurisprudence du Comité des droits de l’enfant va donc se constituer petit à petit à partir de cas individuels, qui nous l’espérons, viendra influer sur la jurisprudence interne comme celle des instances européennes influe désormais sur les décisions de nos cours suprêmes.

 DEI félicite à nouveau la France d’avoir mis de côté ses frilosités et décidé d’avancer avec détermination dans l’intérêt supérieur de tous les enfants, donnant, même un peu tard, l’exemple d’une ratification pleine de ce protocole aux pays qui ne l’ont pas encore fait.

DEI-France

41 rue de la République, 93200 Saint-Denis

courriel : contact@dei-france.org

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes