Al-Sahrā’

Terre écrasée de soleil,
Lumière franche aux reflets de sable,
Sifflant sourde et chaude,
Implacable.
Le grand désert rend le jour immobile.

Dans tes entrailles,
De sombres échos d’une lointaine flamme carressent les cuirs nègres
Où s’alanguissent les filles d’Eve parées d’or.
Tapissée de Sienne brûlée, l’antre exhale l’oranger,
Et l’apparat de bistre et de bronze luit dans l’ombre.

sahara

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.