Eric  Dubois
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

La poésie, qu'est-ce ?

Suivi par 63 abonnés

Billet de blog 6 juin 2018

La Poésie et les Médias.

Dix ans que je sonne l'alarme à propos de la situation de la Poésie Contemporaine en France, après de nombreux articles et tribunes sur Rue89, Bibliobs, Actualitté etc. et ici même, des pétitions que j'ai lancées, des tweets, des statuts Facebook ...

Eric  Dubois
Ecrivain,blogueur,revuiste,responsable de l'association Le Capital des Mots, chroniqueur.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

                           Dix ans que je sonne l'alarme à propos de la situation de la Poésie Contemporaine en France, après de nombreux articles et tribunes sur Rue89, Bibliobs, Actualitté etc. et ici même sur Mediapart, des pétitions que j'ai lancées, des tweets, des statuts Facebook, mes blogs, mes livres de poésie sur le thème du langage, de la création, de la poésie, de la fonction du "poète" au sein de notre société,  mon soutien à l'Union des Poètes & Cie, la création de mon association le Capital des Mots ( prolongement éponyme de ma revue culturelle en ligne créée il y a plus de dix ans ). Dix ans donc et une grande lassitude ! 

Certes, j'ai toujours de l'enthousiasme à dénicher des talents, à faire des découvertes, à aller au Marché de la Poésie, Place St Sulpice, chaque année depuis 1997, à faire des signatures, à rencontrer d'autres poètes et mon public. Certes, je continue à écrire de la poésie, à lire de la poésie, à penser poésie , à vivre poésie et donc comme un passeur, à transmettre et à partager. Mais j'ai de moins en moins le coeur à la tâche pour la défendre auprès des médias, des bibliothèques, des librairies. Même si avec mon association et la compagnie agréable de poètes et musiciens, je, nous la défendons en proposant des récitals de poésie, des manifestations avec libre participation du public,  dans Paris, à l'Entrepôt, au Magique,  et en banlieue à la Scène Prévert ( Joinville le pont) depuis 2015. Et ce n'est pas fini !

Encore une nuit sans rêve. Christophe Bregaint. Editions Les Carnets du Dessert de Lune, 2016. Illustration de © Sophie Brassart- DR

A l'heure où s'ouvrent le Marché de la Poésie et ses seconds Etats généraux, où poètes, revuistes, éditeurs, artistes et autres acteurs de la Poésie contemporaine vont étayer des idées que beaucoup ont déjà sur sa situation, je me pose la question, les constats légitimes vont-ils produire des actes, concrètement, est-ce que les médias, je parle,  des grands médias généralistes ( radio, TV, presse écrite, web ) vont enfin nous prendre en considération et même ne serait-ce que tendre l'oreille aux débats qui agitent les esprits et peut-être prendre les décisions qui s'imposent ? Va-t-on finalement retrouver aussi plus de livres de poésie dans les rayonnages des librairies et des bibliothèques ? Tout le monde sait que la poésie, eu égard au marché culturel, ce n'est pas grand chose et que ce n'est pas rentable, bankable. C'est plié, quoi. 

Une grande lassitude, par conséquent. Une grande lassitude, pas de l'abandon mais c'est tout comme.

Et vous,  lecteurs, qu'est-ce que vous en pensez ?

ERIC DUBOIS 

Poète. Blogueur. Chroniqueur.

Responsable de la revue et association Le Capital des Mots.

Membre de l'Union des Poètes & co.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart